Anniversaire : Marrakech la grande

Anniversaire : Marrakech la grande

La lettre de Marrakech fête son premier anniversaire. Aussi j’ai pensé parler d’une grande personnalité à la hauteur de l’événement et je l’ai facilement trouvée puisqu’il s’agit de Marrakech elle-même.
Comment le faire était la question, alors ça sera en forme d’hommage à toutes les composantes anciennes ou modernes qui ont fait l’Histoire de Marrakech. Signalons au passage que l’article ne prend aucun jugement sur les personnes ni sur leurs actions, mais il aura pour but de rappeler leur existence, car le tout a, durant des siècles, participé à faire que cette ville soit ce qu’elle est aujourd’hui : impériale, historique, internationalement connue. Le premier hommage qu’il faut rendre doit être fait à Youssef Ben Tachfine, le fondateur de Marrakech au milieu du XIème siècle et dont le petit mausolée se trouve à l’entrée du quartier Sidi Mimoun. La ville a connu naturellement toute l’évolution historique avec la succession des différentes dynasties jusqu’à celle qui règne aujourd’hui : les Alaouites.
Honnêtement, l’essor économique, social et politique s’est imposé à Marrakech dans la deuxième moitié du XXème siècle grâce à feu SM Hassan II qui y séjournait très fréquemment. N’oublions pas que Marrakech a abrité les centaines et les centaines de cérémonies de réceptions royales mais surtout la fameuse et historique déclaration de la Marche Verte, grand repère de notre Histoire marocaine pour la récupération de notre terre : le Sahara.
Actuellement, et ne serait-ce, qu’en peu de temps, SM Mohammed VI continue d’honorer cette belle ville de façon majestueuse en y séjournant et en donnant sa bénédiction à l’organisation de nombreuses manifestations internationales à Marrakech, ville des congrès internationaux.
Au-delà des séjours royaux, Marrakech est la ville des « 7 Saints ». Ce sont dans l’ordre de visite : Sidi Youssef Ben Ali, Cadi Ayad, Sidi Bel Abbès, Imam El Jazouli, Sidi Abdelaziz, Moul Lksour et Imam Souhaili.
Or, il ne faut pas oublier que Marrakech abrite une grande multitude de marabouts avec chacun ses adeptes et ses fidèles. Ce sont entre autres : My Abdelkader Jilali au quartier Dabachi, Lalla Aouich El Majdouba à Bab Taghzout, Lalla Rkia Bent Belhmer dite Lalla Mira à Sidi Mimoun (ses adeptes ont la particularité de s’habiller en jaune); Lalla Izza Hmad au quartier El Kasbah, Lalla Aazouna à Kaât Benahid, Sidi Jaber Moul Gnaber (patron des musiciens), Sidi Ishak près d’Azbezt, Sidi Ben Saleh (le quartier porte son nom), Sidi Smara Kandil (déformation de Samarkandi), Sidi Ali Ben Hamdouch, Sidi Hamza à Riad Larouss. Sidi Bou Aatfa à Riad Zitoun, Sidi Jabber Tlaïf (pour les paumés), Sidi Belaârif près des attarines, Sidi Ahmed Benasser à Kaât Benahid, Sidi Ghrib (patron des enfants malades) à la porte des remparts portant son nom, Sidi Saïd Ahansal, Lalla Chacha au Derb du même nom à Douar Graoua et Sidi Ahmed El Kamel au Mellah et dont le cimetière adjacent est devenu un beau jardin depuis 3 ans.
Nos salutations et notre respect à ces saints qui font partie de l’Histoire de notre belle ville. Bien entendu, Marrakech a connu le phénomène des zaouias, celles liées aux saints déjà cités mais notons la présence d’autres zaouias comme celles des Derkaoua, des Tijaniines, des Hmadcha, des Issaoua des Gnawa…
Marrakech a connu sa notoriété grâce à ses monuments bâtis au cours de l’Histoire. Tout le monde sait que Marrakech, au départ, a été protégée par ces remparts longs de plus de 25 kms, fierté de la ville. A l’intérieur, on découvre les musées : « La Bahia », lieu de visites, de grandes réceptions et de séjours de grandes personnalités, «Le Palais El Badii », lieu du Festival des arts populaires. « Les tombeaux Saâdiens » à la Kasbah, «Dar Si Saïd », musée des bijoux et d’objets d’art divers, «La Ménara», jardin d’oliviers, lieu des sorties campagnardes des Marrakchis, « Les Jardins de l’Aguedal, sauvés et sauvegardés grâce à la volonté de nos Souverains, « Le musée de Marrakech », ancienne maison des Ménebhi, restauré et créé par feu Omar Benjelloun.
Marrakech s’enorgueille d’avoir l’une des places les plus célèbres au monde : « La Place Jamaâ El Fna», lieu des Halkas, le coeur de la ville, le « bout du monde », consacrée par l’UNESCO, patrimoine oral mondial de l’humanité. Dans notre ville mythique, on trouve des mosquées très célèbres, si la Koutoubia tient la tête avec son historique minaret et son minbar, « le plus précieux au monde », on trouve d’autres mosquées valeureuses comme celles de Ben Youssef, de Bab Doukkala, de la Kasbah et les centaines d’autres en médina ou celles de la nouvelle ville dont une, fait face à l’église catholique, symbole de paix, de tolérance entres les peuples de différentes croyances. Comme Marrakech est impériale dans tous les sens, elle abrite des palais : tout d’abord, le Palais royal officiel mais aussi ceux moins importants, comme celui du Pacha El Glaoui, celui du Prince Moulay Driss à Douar Gnaoua (frère de feu SM Mohammed V), de Layadi, Dar Moulay Ali…
Marrakech avant de connaître son urbanisation était au fait un parc, un jardin énorme divisé en petits lots de jardins si bien qu’on parlait non pas de quartiers mais de Arset (jardin) El Berdaï (5 ha), Arset Moulay Abdeslem (9 ha) que Maroc Telecom est en train de restaurer avec la bénédiction royale, Arset Aouzal ; Arset Bouachrine, Arset El Mellak ; Arset El Houta, Arset Lghzaïl, Arset El Maâch, Arset Ben Brahim, Arset Benchekroun, Arset El Goundafi restaurée et embellie aujourd’hui : « Mountazah Lalla Hasna », sans bien sûr oublier la Ménara, l’Aguedal et Arset Chabab.
Cette dernière, étant une oliveraie à Bab Jdid, créée juste après l’indépendance où chaque jeune Marrakchi avait planté son arbre, signe très significatif du démarrage d’une nouvelle ère nationale. Marrakech est aussi connue par ses souks qui rappellent curieusement ceux de Damas, avec les Semmarines (tissus), les Haddada (fer forgé), les tapissières, les menuisiers, les Attarines (cuivre), les teinturiers, les couturiers (Kchachbias) et les centaines de bazars éparpillés dans toute la médina, en fait des « super-marchés » de l’artisanat marocain. Etant là, rendons hommage à tous ces artisans, hommes d’art, de savoir qui perpétuent notre tradition de père en fils.
A Marrakech, vous pouvez aussi admirer des fontaines comme celle du « Guiliz » (Avenue Mohammed V) celle de « Bab Jdid » ou encore celle, nouvelle, de la Place de la poste. On ne peut pas passer sans silence les riads, maisons traditionnelles avec ces fameux patios ornés de plantation comme les bigaradiers donnant ces fleurs odorantes « Zher » et respectant cette belle architecture avec les deux Kobbas faisant vis-à-vis et au milieu un beau jet d’eau et une fontaine sur le mur.
Marrakech actuelle, nous le savons est devenue une mode dans le monde, par ses riads où pleins d’étrangers (connus, célèbres…) viennent tenir résidence et maisons d’hôtes. Le phénomène a pris tellement d’ampleur qu’aujourd’hui des ensembles riads se construisent dans les normes de l’art à la palmeraie ou aux alentours de la ville. Une ville se définit par ce qui vit mais n’oublions pas les cimetières dont le plus célèbre est celui de Bab Ghmat abritant des générations des familles, celui de Bab Doukkala, d’Imam Souheili et de nombreux autres y compris dans les Saints de Marrakech.
Marrakech connaît l’implantaton des Hamams, celui construit par le Pacha El Glaoui reste le plus célèbre un lieu de bain tout en marbre, au quartier Rmila comme le veut la tradition chaque quartier a son hamam. Je ne veux pas quitter ce chapitre sans parler de monuments, références de notre ville comme la Banque du Maroc (peut-être future musée et la poste, toutes deux sur la Place Djamaâ El Fna. Il y a aussi l’Hôtel de ville, la grande poste du Guiliz, le marché central et le marché de la Place Djamaâ El Fna, ancienne résidence du célèbre Mac Lean.
On sait que Marrakech était tout d’abord la médina avec ses quartiers lesquels ont chacun son histoire, ses familles et ses particularités, en se promenant dans la médina on peut traverser : Sidi Mimoun, Hay Salam (ancien Mellah, Riad Zitoun Jdid et Kedim, Arset Moussa, Kénaria, Dabachi, Douar Graoua, Arset El Houta, Arset Lghzaïl, Bab Ghmat, Botouil, Bab Aïlen, Ben Saleh, Moulay Tabhirt, Bab Khmis, Kaât Ben Nahid, Zaouit Lahdar, Azbezt, Amsefeh, Diour Saboune, Bab Taghzout, Riad Laârouss, Zaouia, Assouel, Arset El Berdaï, Bab Doukkala, Mouasine, Fhel Zefriti, Ksour, Talaâ, Sidi Abdelaziz, Bine Laârassi, Sidi Ben Slimane, Sidi Ayoub, Arset Banni…
Tous ces lieux sont célèbres et connaissent une activité intense. Ils se concurrencent par des matches de foot entre quartiers et surtout pendant « l’Achoura » par des concours de la « Dakka marrakchia», célèbre musique avec une parodie aux Saints de la ville.
L’autre partie de ville, la nouvelle abrite des quartiers célèbres comme: L’hivernage, Guiliz, Assif, Semlalia, Bab Jdid, Hara, Issil Iziki, Targa, Quartier militaire, Quartier industriel de Douar Laskar. Là on trouve les résidences-villas, les hôtels, les administrations, les banques et les commerces modernes.
Quant à la Palmeraie, son circuit célèbre ne désemplit pas surtout le soir à la tombée de la nuit pour admirer le fameux coucher du soleil.
Par ailleurs, elle abrite des super palaces et résidences de standing de plus en plus nombreuses. Pas loin de cette merveille, on trouve dans les environs le quartier de Aïn Itti, Dar Tounsi, et le grand quartier (devenu presque une ville à part, Sidi Youssef Ben Ali). N’oublions pas le quartier de la Kasbah, très célèbre, lieu de résidences de nombreuses familles alliées au Makhzen et aussi le quartier juif, le Mellah avec sa synagogue et son cimetière « La Miaâra ». Si Marrakech avait ses quartiers, elle avait aussi ses grandes familles célèbres donnant de grands commerçants, des intellectuels, des artistes et des politiques… tout en sachant que je vais en oublier certains, je citerai : les Cherkaoui, les Berdaï, les Chraïbi, les Kadiri Berrada, Benchekroun, Lahlou, Amor, Kabbaj Chniber, Belkziz, Chantit, Adlouni, Bel Hachmi, Sebbane, El Jazouli, Baroudi, Boucetta, Belaâbès-Tarji, Benrahmoune, Atlassi, Tebbaâ, Anbari, Trombatti Smyej, Zemrani, Reslohi, Lahbabi, Messâoudi, Benidder, Belkahia, Khalifa, El Kanani, Loghzail…
Bien entendu la branche des Alaouis comporte plusieurs familles, dignes représentant de notre ville. Toutes ces familles ont écrit l’histoire de la ville avec des politiques comme de nombreux ministres : les deux Boucetta (M’Hamed et Omar), les deux Belkziz (Abdelatti et Abdelhamed), Mohamed Knidiri, Taïb Chkili, Abderhman Amalou, Abdellah Gharnit, M’Hamed Khalifa et les deux Belaâbès Taârji (Bachir et Abbas), Ahmed Benkirane, Moulay Laârbi Messaoudi, Moulay Driss Debbagh…
Marrakech a donné au Maroc de célèbres oulémas comme Fqih Rahhali, Fqih Jabrane Messioui, Fqih Kensoussi, Fqih Zahraoui, Fqih Benabderazik (astrologue), Fqih Basri, Fqih Ablouni, Fqih Belkziz, Fqih Agouram, Moulay Mbark Mrani, Mane Boucetta et Si Messou…
En fait, Marrakech était comme Fès, l’université du Maroc avec la médersa et actuellement elle abrite l’université Cadi Ayad réunissant toutes les facultés et grandes écoles.
Marrakech est connue par l’humour de ses habitants si bien que des hommes comme Gamane ou « Malik Jalouk » font partie de son histoire. Elle a fourni au pays des célèbres interprètes de la chanson: Mohamed Ali, Hamid Zahir Abdellatif Bayati, Tahor et les célèbres compositeurs de la musique de la Marche Verte : Abdellah Issami, sans oublier Laârbi El Kawakibi. Dans le style de la musique andalouse : Moulay Abdellah Ouazzani. Dans le style populaire : on trouve Hajja Hlima, Zahra Sghira, Sakhra, Fanida, Mangala Labghrila, les deux soeurs Bitit, Zahra Laâroubia, Cheikh Omar, Ben Hassan et la célèbre Sarddila. Dans le style Gharnati on a Mehdi Boucetta et le parolier Abbas du même nom.
Marrakech a ses hommes du théâtre qui ne connaît pas un Mohamed Hassan Joundi, un Abdeljabar Louzir, ou Belkas, le couple Omari et bien d’autres. Le cinéma à sa part de Marrakchis comme Saâd Chraïbi et comme acteur Abdou Chraïbi, collaborateur d’Alfried Hitchkok ayant participé avec des célébrités dans des films comme James Stewart, Fernandel ou encore la regrettée Doris Day.
ut parler de peintres marrakchis: F. Belkahia, Mellak, Glaoui, Essaïdi Farida, Ajnakane, Bouragba, Saladi, Mohamed Benaâllal, Farid Triki, feu Idrissi, Mechmacha…
N’oublions pas le célèbre Majorelle et Churchill qui ont peint la grande partie de leur oeuvre à Marrakech. Parmi les auteurs et poètes marrakchis rendons hommage au poète Ben Brahim : « Chaaïr El Hamra (poète de la rouge), le Cadi Taârji avec son célèbre livre en 7 volumes sur Marrakech, Cherkaoui Ikbal, Kholassa, Belamaâlem et bien d’autres écrivains sur la religion, l’histoire ou le roman.
Marrakech a abrité des auteurs étrangers célèbres comme Ahmed Baba Soudani Tomboucti, Malien exilé chez nous au quartier Mouassine, Juan Guatisolo, Jesus Greus et l’académicien Jean Orieux avec son célèbre « Talley rand », « Catherine de Medicis » ou encore « l’aigle à deux têtes ».
Marrakech a connu la gloire avec ses grands sportifs au football ayant des pensées pour Ahmed Ould Mjid, Krimou, Moulay Lahcen, Mamoun, « Chinois », Hassan Lhamri, Khalid Lhoussine et Bouceta. Mais notre ville a fourni au pays des champions en athlétisme: Hasna Benhassi, Chiki (saut en hauteur) El Mouch (sprint), des cavaliers en sports équestres (Cherkaoui) en natation (Ouarzazi) et dans le domaine social, Marrakech abrite le plus bel orphelinat du pays à Bab Ghinat grâce au travail de son protecteur Hadj Médiouri et de l’actuel président Mustapha Baroudi. 700 pensionnaires orphelins mènent une vie normale dans ce pensionnat. Notons que Dar Al Biri Wal Ihsane est le lieu de refuge de 600 personnes démunies, du troisième âge.
La ligue pour la protection des enfants abandonnés est une belle réalisation de Mme Benslimane. L’institut des aveugles abrite ces handicapés qui disposent d’un lieu et de matériels leur permettant de s’adapter à la vie de tous les jours. Citons les clubs service (Lion’s, Rotary, Club 41, Soroptrant…) qui oeuvrent par leurs actions sociales diverses (hémodialyse, diabète, aide-ramadan, handicapés).
Marrakech est connue par ses beaux hôtels. Si la Mamounia est le bijou de la ville, un des dix meilleurs hôtels du monde, il existe d’autres institutions avec leurs fidèles comme les hôtels : « Saâdi », « Golf-palmeraie Palace », ou Amenjana.
Parmi les restaurants qui font la fierté de la ville : « Le Yacout de notre ami Mohamed Zghiri, « La Fantasia de chez Ali », « L’Anbar », « Le Jad Mahal » le « Stylia », « Dar Diaffa », « Le Marrakchi » Al Baraka et « Dar Marjana » en plus de tous les lieux de restaurations internationales diverses comme « Le Pavillon », « La maison arabe ».
Une ville a aussi ses cafés célèbres, rappelons un lieu qui a disparu : café Al Mesref, lieu où on écoutait Abdelwahab, Oum Kaltoum ou Smahane, il faut le faire revivre. Il y a aussi les cafés de France, café Glacier, café de la Renaissance, le Négociant et Dar Chrifa (genre de café intellectuel avec des expositions). Marrakech n’a pas oublié son essor industriel puisque le premier fief des usines était le quartier Douar El Askar, suivi du quartier industriel de Sidi Ghanem, puis de Harbil et enfin à 35 kms celui de Sid Bou Othman. Les zones touristiques se développent dernièrement avec plusieurs pôles : Bab Jdid, Route d’Amzmiz, Route de l’Ourika.
Je voudrais, en finissant cet article, rendre hommage aux hommes qui ont laissé leur traces à Marrakech par leur travail.
Les anciens caïds d’antan : le Glaoui et son frère Madani, Ba Hmad, le Pacha Si Mennou, Goundafi, Ayadi, Biaz, Hj Idar, Sougtani, Meslohi, Najem Dlimi, le Pacha Si Hassi, Mtougui, Khlifa Belabès…
N’oublions pas l’ère moderne avec les anciens Pachas, du Glaoui à Chajaï, Akkad, Nader Mansouri et Jamaï. Il y a eu aussi les anciens gouverneurs ou walis : Tahar ou Assou , Skalli Taârji, Benchemsi, Lyazidi Moutahir, Tariq Belmahi, Guerraoui et plus près de nous Amjad, Hassad, Daoudi et Boufarès.
Les militaires, chef de la région sont à citer Bouamama, Allam, Cherkaoui et Chrif Alaoui.
La ville a eu aussi ses élus comme les présidents de communes : El Ghorfi, Boucetta, Khalifa, El Ouafa, Rouhi, Benabdellah et Omar El Jazouli. Quant à la Chambre de commerce elle a connu de grands hommes : feu Driss Berdaï, Boughmdane, Benabdellah, Taârji et l’agriculture n’est pas oubliée avec feu président Aboulasri et son fils Mohamed. N’oublions pas les grands investisseurs comme A. Alam et son Palais de congrès, notre ami Berrada et ses jardins de la Palmeraie, l’ONA et son « Amelkis » et tous les autres marocains et étrangers qui font des merveilles à Marrakech.
Il y a aussi des hommes célèbres, politiques, hommes d’affaires, qui ont leurs résidences chez nous : A. Osman, feu A. Bouabid, M.Labi, A. Lasky, feu Benhima, M. Abderrazak…
Voilà bon anniversaire madame Marrakech, j’ai essayé de le souhaiter en parlant de toi de tes monuments, de tes habitants, de tes références et bien sûr j’ai dû oublier plein et plein de choses.
Nonobstant, tu es aujourd’hui majestueuse et grande et tu le resteras pour toujours.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *