Apprendre à débattre…

Apprendre à débattre…

Le Maroc est pluriel et à pays pluriel, population plurielle ! Ne sabordons donc pas ce qui – si nous savons l’utiliser intelligemment – fait notre richesse : la diversité est toujours vecteur d’enrichissement si elle se place dans une unité, c’est ce que l’on appelle une communauté de vie, de destin: la nation. Donc la  pluralité des opinions, des idées, des envies…

la diversité des générations, des origines font que nous nous devons dès lors que surgissent des choix de société, des enjeux stratégiques, des décisions qui concernent la communauté, d’en débattre ensemble, mais d’en débattre sereinement et non pas par l’invective ou l’anathème. En fait, il revient à ceux qui sont en charge des lois, de la gouvernance, de s’évertuer à trouver la voie médiane, celle qui n’exclura personne, n’humiliera personne et surtout ouvrira et préservera le «vivre-ensemble».

Or malheureusement nous en sommes bien loin à l’heure actuelle : un film ou le concert d’une chanteuse et nous voilà réduits à subir des injures de toutes sortes, des appels au lynchage, des dépôts de plainte, et notre société qui se divise en 2 camps dont on pourrait penser que rien ne les rassemble. Or l’occasion aurait pu être propice au débat, un dialogue où chacun aurait pu s’exprimer sur la société que nous voulons pour nous et pour nos enfants… en fait parler du «fond» au lieu de tomber dans la caricature et les outrances en tout genre.

Je ne suis pas ici en train de dire que ce film est une œuvre d’art ou que Jennifer Lopez a fait le show du siècle -cela est un autre débat – légitime par ailleurs, non là je suis en train de mettre l’accent sur les fractures qui sont en train de traverser notre société, en profondeur, et qui surgissent au grand jour lors de faits «dérangeants» comme ceux-ci. Avouons-le-nous méritons mieux que ces torrents de fiel qui inondent les réseaux sociaux.

Ne pas être d’accord est une chose, «excommunier» ceux dont on ne partage pas l’opinion en est une autre : depuis maintenant une quinzaine d’années nous apprenons à débattre, à nous exprimer, à aborder des sujets délicats, clivants, mettant en cause des choses enfouies en nous, 15 ans c’est à la fois beaucoup et peu, sans doute sommes nous encore en phase d’apprentissage, raison de plus pour que  les personnes de bonne foi, éprises de modération, de sens de responsabilité se fassent entendre, il y a urgence à ce que les Marocain(e)s de bonne volonté fassent entendre une voi(e)x de raison.

Pendant que notre Roi parcourt des milliers de kilomètres afin de faire de notre pays la puissance de référence en Afrique, pendant qu’il nous donne une stature en Europe, de pays incontournable, progressiste et épris de modernité intelligente, qui ne renie rien de son identité…

ici nous mettons tout sens dessus dessous… pour le déhanchement d’une artiste ou un film qui n’a que l’importance, dans la démesure, que nous voulons lui donner ! Posons-nous juste une question basique: qu’est-ce qui aujourd’hui – à l’international – nous porte le plus préjudice? Jennifer Lopez, ce film… ou les appels au lynchage et l’interdiction ? Débattons oui, ne tombons pas dans la caricature de débat.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *