Aujourd’hui le Makhzen : Bonjour Ali

– Comment ça va, Ali ? c’est la forme ? Touahachnak a âzizi. Comment va «Demain» de Lmrabet?
. Bof… un peu
– Oh, t’as mauvaise mine… Des soucis, Ali ?
. Ramadan me va à merveille. Comme le combat contre le Makhzen. Cool.
-Quel est le lien ? je crois que tu divagues là.
. Dans les deux cas, il faut organiser la fronde.
-Ah bon ? je te croyais pas athée, Ali.
. Je crois plus en Karbala et Hussein.
– Saddam, tu veux dire ?
Je parle de Sidna Hussein Ibn Ali Ibn Abi Talib. -Ah et…
. OK, OK. Je suis de nature contre la pensée majoritaire. Je suis chiîte. C’est pourquoi je veux avoir ma Karbala. En voyage, ; je suis dispensé de l’abstinence.
– Tu vas où ? En Espagne ou en Algérie ?
. Ni l’un, ni l’autre. A Las Palmas. Ensuite j’irai au Sahara occidental, puis à Ceuta. Si j’ai encore le temps, j’irai visiter Tindouf. Je ne savais pas que j’étais nostalgique à ce point.
– Ca doit être des femmes qui te font parcourir tant de kilomètres, qui te détournent l’esprit?
. Tu parles ! comme si tu ne me connaissais pas. Il y a les soldes et puis ça ne fait pas de mal de faire un tour chez les copains.
Des immigrés marocains ? de la famille ?
. Mais non, des connaissances.
– Dis-moi, Ali, tu vas voir Ana et Federico ?
Mais non, ils sont occupés et ont pas mal de problèmes, entre eux et avec les militaires.
– Je vois… c’est Ignacio, celui que tu as sauvé un jour, qui t’invite aux frais de la princesse. Hum… Tu verras donc, l’autre…, pas Ali, rappelle-moi son prénom STP…
. Qui c’est, de qui veux-tu parler ?
– Tu as oublié encore, comme d’hab’. Juan de Ceuta, te recuerdas ?
. Ah oui, t’as bonne mémoire, je l’avoue.
– Je sens que ça va pas, t’es pas bien ?
. Un peu destabilisé mais je tiens bon…
– Dis-moi encore, ça n’a rien à voir avec le Makhzen ? j’espère.
. Mais non, mais non. Voyons, ça te gonfle, ça te marre?
– Je pige pas, explique STP.
. Globalement, suis heureux, au sens large. Des complicités, ici et là. Voilà.
– Des nouvelles du front ?
Oui bonnes, bonnes, hi hi. C’est le grand chaos ? Ah oui, j’aime ça, pas toi ?
si, si… Des soucis pour ton usin’ ?
Tu parles ! des ragots. Mes ennemis ne prennent pas la peine de vérifier, de recouper. Des amateurs !
– Il paraît que tu es prêt pour le suicide, comme avant pour la taule ?
. Rumeur, rumeur… une fumée sans feu.
T’as mauvaise mine, Ali. Tu me fais peur.
. T’inquiète pas mon pote, j’encaisse bien.
– T’as vu le psy, le toubib ?
. pas la peine, c’est la super forme. Sauf que ce Ramadan qui m’embête. Y a pourtant de la bonne lecture, avant comme après la harira. J’avoue que ça me prend beaucoup de temps et me ravage l’esprit. Je vois…hum…
– La Constitution m’interdit de trop parler.
. OK A deux mains Ali.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *