Autrement : diables rouges

Autrement : diables rouges

Ce logo vaut d’ailleurs aux joueurs de cette formation d’être  surnommés «les diables rouges». Un  autre imam malaisien, Harussi Zakaria, qui vit dans l’Etat de Perak, un état du nord du pays, a approuvé sans hésiter cette position, déclarant : «Il me semble évident que l’Islam n’autorise pas ce genre de vêtements. Les diables sont nos ennemis. Pourquoi voudriez-vous porter leur image sur vous ou en faire la publicité?». Dans la foulée, ces imams ont aussi déconseillé aux musulmans de porter les maillots des équipes nationales de football du Brésil, de Norvège, du Portugal et de Serbie, ainsi que celui du FC Barcelone, au motif que ces vêtements sont frappés de la croix des chrétiens. La tradition majoritaire en Islam refuse toute représentation animale, humaine et, a fortiori, angélique ou diabolique, même si cette figuration est symbolique. On ne saurait donc être étonné par ces avertissements. En même temps, on doit constater que le dessin, qui se trouve sur les maillots du club de Manchester, ne se veut nullement une célébration du Saytan: il s’agit plutôt d’une manière humoristique de conjurer les attaques des adversaires. Etymologiquement, d’ailleurs, le nom «Saytan» signifie «l’Adversaire». Une caricature du Saytan (dont personne ne connaît le visage), est-ce fondamentalement «anti-islamique»? Je ne sais pas combien de jeunes Malais sont tentés par le port du maillot de Manchester. Je doute qu’ils soient des dizaines de milliers et que l’Islam s’en trouve menacé. N’y a-t-il pas d’autres batailles plus importantes à mener, notamment contre la pauvreté ? Et jusqu’où peut aller cette logique de l’interdit ? S’opposera-t-on, bientôt, en Malaisie, à ce que flottent les drapeaux de la Norvège, du Danemark ou de la Suisse aux façades des ambassades et des consulats de ces pays, au motif que ceux-ci comportent une croix? Va-t-on empêcher la circulation de tous les produits dont les empaquetages comportent des représentations humaines ou animales, ce qui est le cas de nombre d’articles ? On peut se rappeler que c’est en Malaisie que, voici quelques mois, toute une campagne a été menée par certains secteurs islamistes pour qu’il soit interdit aux chrétiens malaisiens (10% de la population) d’employer le nom de «Allah» pour désigner Dieu, au motif que leur conception du Créateur n’est pas conforme à la vérité islamique! Pourtant, jamais dans le Coran on n’entend le Seigneur interdire que son nom soit prononcé par ceux qui sont qualifiés de «gens du Livre». L’opposition de la tradition islamique à toute représentation humaine ou animale s’explique facilement par la crainte que ces représentations ne servent de support à l’idolâtrie. En Occident, en revanche, civilisation de l’image, les représentations ont souvent aidé au développement de la spiritualité, et contribué à mettre à distance ce que les gens redoutaient.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *