Autrement : Une femme de chambre qui aura bouleversé le monde

Autrement : Une femme de chambre qui aura bouleversé
le monde

Que l’homme soit coupable ou innocent, la photo qui circule depuis ce lundi sur tous les médias du monde, a des aspects insoutenables. Car l’homme accusé d’agression sexuelle, de tentative de viol et de séquestration par une jeune femme de New York, était il y a quelques heures encore un des hommes les plus puissants de la planète. Un de ceux dont l’intelligence et la capacité d’action influaient sur la vie des hommes, la nôtre comme celle des sept milliards d’êtres humains. Alors que la zone euro traverse toujours une grave crise, sa force de réaction, sa capacité à imaginer des solutions et à les imposer, représentaient un des principaux espoirs pour les économies et les peuples de Grèce et du Portugal. De surcroît, «DSK» comme on a l’habitude de l’appeler à partir de ses initiales, était le candidat socialiste le mieux placé dans les sondages pour affronter le président Nicolas Sarkozy aux élections présidentielles françaises de mai 2012. Quoique l’on pense, en bien ou en mal, de ce homme, l’histoire apparaît incroyable. D’aucuns parlent déjà de «complot», considérant que tout cela est trop «énorme» et qu’on a voulu ( mais qui? ) détruire l’actuel directeur du FMI, en tout cas fragiliser l’institution ou sa direction actuelle. En France, tout le pays se sent humilié, et c’est un peu comme si «Madame la France» elle-même se sentait menottée par l’empire américain. Dans ce pays plus libertin que la plupart des autres pays du monde, les frasques sexuelles des personnages publics, artistes et hommes politiques, font l’objet de beaucoup de mansuétude (à condition qu’elles ne relèvent pas de comportements criminels, et une tentative de viol en est un). Qu’ils soient de droite comme de gauche, la plupart des Français se sentent, ainsi, mis eux-mêmes au banc des accusés. «L’image de la France est atteinte», ont déclaré plusieurs personnalités politiques françaises, et certains craignent que l’on hésite, désormais, dans les instances internationales, à confier à des Français des responsabilités aussi importantes. S’il est vrai, comme elle l’affirme et comme le pense la police et la justice américaines, que la jeune femme qui accuse «DSK» a bien subi cette agression sexuelle, elle doit bénéficier de toute la compassion et de toutes les réparations auxquelles elle a droit. En entrant samedi après-midi, à 13 heures heure de New York, dans une des suites luxueuses de l’hôtel Sofitel de Manhattan, elle ne pouvait pas imaginer qu’elle serait au coeur d’un pareil cyclone politique. Ainsi les «impuissants du monde» peuvent parfois faire tomber les plus puissants! Dans un tout autre registre, nous avions déjà perçu cela après le suicide par le feu du jeune vendeur de fruits et légumes Mohamed Bouazizi, qui a entraîné la chute du président Ben Ali puis, par effet de château de cartes qui s’effondre, la fin du régime de Moubarak en Egypte. Cette «histoire DSK» vient rappeler la fragilité des hommes, quels qu’ils soient, et la fragilité de tout ce que nous construisons.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *