Aux jeunes, ne traçons pas un seul chemin ; ouvrons-leur toutes les routes

Aux jeunes, ne traçons pas un seul chemin ; ouvrons-leur toutes les routes

Il faut que notre société se tourne vers sa jeunesse, qu’elle fasse sa connaissance, la comprenne et enfin facilite son insertion en la mettant face à ses responsabilités. Un pays qui a peur de ses jeunes est un pays qui a peur de son avenir.

En dix-sept années le Maroc a beaucoup changé ! Le développement économique, l’évolution de nos infrastructures, notre place sur la scène internationale… sont autant d’avancées incontestables qui ont été réalisées depuis l’accession au Trône de SM, Mohammed VI. Paradoxalement, c’est sur le plan sociétal que nous trébuchons. Nous pouvons affirmer sans nous tromper et dire que ces dernières années, ce sont les mentalités qui «marquent le pas». Les premières victimes, les femmes, en payent le prix fort !

Autres victimes : les jeunes ! Ils sont au mieux méconnus, au pire niés ! Certains vont se transformer en chair à canon. Toute «envie de vie», toute joie de vivre leur étant enlevées, ils tombent alors dans le piège de la violence, la spirale de la mort qui va de la drogue à la radicalisation, de la délinquance à l’auto-destruction, de l’hooliganisme aux chimères de l’immigration clandestine… Pourtant, l’immense majorité veut s’en sortir, se bat pour émerger, s’engage, y croit et s’accroche. Oui notre jeunesse foisonne de talents, de potentialités, et les exemples de réussite sont légion. Mais elle est isolée, seule, peu connue, voire mal aimée quand ce n’est pas méprisée… Il faut que notre société se tourne vers sa jeunesse, qu’elle fasse sa connaissance, la comprenne et enfin facilite son insertion en la mettant face à ses responsabilités. Un pays qui a peur de ses jeunes est un pays qui a peur de son avenir. Nos jeunes ont besoin de valeurs, mais ce n’est pas en leur imposant de plus en plus d’interdits que nous leur donnerons le désir de s’en forger ! Justement, nos jeunes dans la société que nous leur léguons, sont vieux avant même d’avoir été jeunes ! Dire cela n’est pas les inciter à la débauche, dire cela c’est au contraire leur donner l’envie de vivre, seul antidote à la violence.

Nos valeurs culturelles, cultuelles forment un socle solide. Elles n’ont nul besoin de faux tabous !

Nos jeunes sont capables de tirer notre société vers le haut, ils en ont les ressources, à nous de leur en donner l’envie, l’envie d’être en vie. C’est le message que je m’efforce de faire passer dans mon nouveau livre «Demain sera eux» où vous découvrirez quarante photos prises «sur le vif», spontanées, émouvantes, militantes, motivantes, vivantes. Ceci n’est pas un témoignage de spectateur mais d’acteur : c’est ce que cet ouvrage vous invite à devenir.  Découvrez les visages multiples de notre jeunesse,  agissez pour elle, avec elle et par elle !

«Demain sera eux», de Ahmed Ghayet aux éditions Le Fennec : 40 photos pour dire la jeunesse, notre Jeunesse, dans son quotidien, ses actions, son engagement, ses doutes, ses douleurs, ses loisirs… 30 personnalités – artistes, écrivain(e)s, sportifs, politiques, grands témoins, journalistes, chefs d’entreprises… – pour parler de la jeunesse, s’adresser à la jeunesse, questionner cette jeunesse, essayer de la mieux connaître, avec des mots qui arrachent sourires, larmes, émotion…

10 jeunes engagés qui nous disent leurs vérités et nous placent face à nos responsabilités…

Pas un livre d’images, mais les images d’un livre !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *