Briser les barrières !

Briser les barrières !

32 ans que je milite, d’abord en France –pays où je suis né et où j’ai grandi – puis maintenant au Maroc –berceau de mes racines – jamais je pense je n’ai eu une telle conscience, une telle perception d’une urgence, d’un objectif qui transcende tout : l’urgence de briser les barrières !
Et pas n’importe quelles barrières ! Les barrières sociales, les barrières des préjugés, les barrières du mépris, celles qui verrouillent certaines mentalités.

Sûrement est-ce le rôle de tout militant, de tout acteur de la société civile… et je m’efforce de faire, mais j’ai pris conscience avec une acuité redoublée que là réside le nœud de notre devenir, la clé de la société qu’il nous faut bâtir. Créer du lien social, fonder de la cohésion sociale, fabriquer du «mélange», partout créer de la mixité… sont des priorités !!!

La mixité sociale n’existe pas dans nos villes, où quartiers populaires et quartiers «huppés» ne mêlent pas leurs populations.  Il faut donc inventer d’autres lieux de mélange, saisir toutes les occasions pour permettre aux Marocain(e)s de toutes conditions de se retrouver, de vivre ensemble, c’est urgent et tout particulièrement important pour les jeunes générations  au sein desquelles – pour caricaturer un peu – nous en arrivons à une classification stigmatisante : «Mcharmlines» contre «Kiliminis».

J’ai mesuré ces bienfaits du mélange, vendredi, à l’occasion du vernissage de l’ Exposition «Vents Nouveaux sur Essaouira» où des personnalités tels André Azoulay – Conseiller de SM le Roi – , M. le Gouverneur d’Essaouira, Leila Chahid – Ambassadrice de Palestine-, l’Ambassadeur du Danemark, Mesdames Katia Azoulay, Neila Tazi, Hind Taarji, Amina Slaoui, des artistes tels Amina Rachid, Maâlem Kassri, de nombreux journalistes… et jeunes de l’association Vent Nouveau et jeunes artistes des quartiers populaires, se sont «mixés» pendant deux belles heures … Croyez-moi cela n’avait rien d’anodin ni d’anecdotique et le fait que cette exposition se tienne dans un hôtel prestigieux de la ville a eu un impact incroyable !

J’ai vu ces jeunes se métamorphoser, j’en ai vu certains très émus, j’en ai vu d’autres prendre des photos à la pelle afin de les montrer à leurs parents, je les ai surtout vus dignes, fiers et j’allais dire je les ai vus se dire qu’ils existaient, qu’ils n’étaient pas insignifiants… mon propos peut paraître étrange pour certains qui ne comprendront pas –ou ne voudront pas saisir- ce que j’essaie de faire sentir, mais en fait j’ai vu que notre «élite», elle aussi, tirait un vrai plaisir, un véritable enseignement de ce genre de rencontres et en apprenait beaucoup…

Ce qui me conforte, me motive, me pousse à continuer, et à quoi je veux consacrer mon énergie c’est cela : réussir à rapprocher «des mondes», faire que des leaders, des décideurs, des hommes et femmes de «pouvoir»… rencontrent notre jeunesse, s’y intéressent, la découvrent, lui apportent la reconnaissance et l’appui qu’elle mérite… Faire que nos jeunes sortent des «poches d’exclusion», qu’ils accèdent eux aussi à de «beaux lieux», ne soient pas «cantonnés»…qu’ils émergent dans la vie…dans leurs têtes et qu’enfin ils s’aiment eux-mêmes !

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *