Cadrage : La mariée était trop belle

Le projet MEDA-Sport, relatif à la construction des infrastructures sportives ressemble à une maison maudite. Du genre conte de légendes qui relatent tous les drames arrivant à tous ceux qui osent y habiter ou s’approcher de la demeure hantée. Sauf que l’histoire de MEDA, chez nous, est une histoire réelle tournée à la dérision par une tragi-comédie jouée par l’irresponsabilité de nos responsables. Le scénario est simple : la somme de 64 millions de dirhams, allouée par la Commission européenne pour la construction des sites sportifs a volé en éclats. Tout comme les salles de sport, de l’athlétisme et autres terrains omnisports se sont évaporés. Exactement comme le diable de la maison hantée reste toujours invisible. A preuve, les deux fonctionnaires qui étaient en charge de ce dossier ont été arrêtés dans des affaires judiciaires. Pour l’histoire, il a fallu aux nouveaux arrivants de défoncer les tiroirs pour retrouver les documents relatifs au dossier MEDA. L’histoire commence bien déjà avec l’ex-ministre de la Jeunesse et des Sports, Ahmed Moussaoui, qui s’est distingué par un brio d’absence jamais égalé. La convention a été signée en 1998 avec le gouvernement d’alternance, qui a plus que retardé son exécution. Le feuilleton s’est poursuivi avec l’arrivée du gouvernement Jettou qui, pure coïncidence, supervise l’administration du sport. Le ministère de la Jeunesse et des sports a , et c’est une autre coïncidence, a disparu de la circulation grâce à la bonne volonté de Jettou. Et, pour terminer cette série de points noirs, qui nous rappellent la maison hantée, re-voilà Abderrahmane Zidouh qui réapparaît avec un titre que l’on ne connaissait pas : secrétaire général du secteur sport. Petit rappel : Il était secrétaire général du ministère défunt, puis SG du département sport qui est intitulé l’administration du sport par le tuteur Driss Jettou. Donc, Zidouh revient à la charge pour nous adresser une mise au point qui verse beaucoup plus dans l’insulte que dans la précision d’une vérité. Pis encore, ce «grand commis de l’Etat » comme s’ingénient à le qualifier ses subordonnés Himmi et Naja, confirme que le projet a été bel et bien annulé par la Commission européenne en écrivant : « Contrairement à toute attente, la Ccommission européenne a décidé de clôturer le projet Meda-sport en invoquant la faiblesse de contractualisation et de décaissement du projet en objet ainsi que l’absence de données précises sur les actions en cours». Tout a été dit. C’est pour cela qu’il est difficile pour quiconque de comprendre la violente réaction de Zidouh qui a traîné indirectement dans la boue deux de ses collaborateurs. C’est triste de faire dire à un subordonné que son chef est un grand commis de l’Etat qui mérite toutes les louanges. Le professeur se goure encore davantage quand il qualifie Zidouh de « l’homme qui a sauvé ce dossier qui était sur le point d’être enterré » Fichtre ! Si le projet a été annulé, c’est qu’il a été déjà enterré. Ce même professeur verse encore plus dans l’irrationnel en nous reprochant d’avoir attendu six mois pour livrer à nos lecteurs ce scoop scandale. Fichtre encore ! Mais un scoop n’a pas d’âge s’il n’a jamais été divulgué avant nous, même s’il aurait fallu des années pour le savoir.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *