Ces fichiers du déshonneur… qui font peur !

Ces fichiers du déshonneur… qui font peur !

L’extrême droite reste telle qu’en elle-même, elle ne retient rien de l’Histoire, ou plutôt elle en retient le pire et récidive dans l’abject. D’autres enfants en d’autres temps ont été fichés, nous savons ce qui est advenu…Aujourd’hui un maire -donc élu de la République- ose, en se basant sur les patronymes, décider que parce que forcément Musulmans, des enfants doivent être rassemblés dans un même fichier…

Ces enfants sont des enfants de France, petits-enfants de grands-parents qui ont bien souvent combattu pour que cette France reste libre, enfants de parents qui ont contribué – qui contribuent – au développement de cette même France… Ces enfants sont une partie de l’avenir de cette France…

Ce Maire dont la loi -qu’il avoue (et revendique bafouer)devrait permettre qu’il soit suspendu de ses fonctions immédiatement, ce Maire donc décide que ces enfants doivent être mis au banc de leur pays, qu’ils doivent être fichés parce que leurs prénoms sont Mohamed, Samba, Sofia ou Fatouma…

Faisons un peu de politique fiction (quoique pouvons-nous être certains qu’il ne s’agisse que de fiction ????) et imaginons ce que pourraient devenir de tels fichiers aux mains du FN arrivant au pouvoir en 2017 !!!! Monsieur Ménard – car c’est de ce sinistre individu qu’il s’agit, lui qui il y a quelques années prétendait nous donner des leçons de liberté d’expression – nous éclaire sur ce qui pourrait advenir a ce pays qui nous est cher si -qu’à Dieu ne plaise- ses semblables en avaient la possibilité. Ne soyons pas amnésiques, ne soyons pas indifférents, ils fichent les «enfants musulmans» et c’est soudainement une indicible peur qui s’immisce en chacun(e) de nous… Non cela n’arrive pas qu’aux autres et la bête immonde est encore féconde…

Il y a 32 ans des «enfants d’immigrés» marchaient de Marseille à Paris pur dire non au racisme, oui à l’égalité des droits, c’est à la fois si loin et si proche ! Pour moi, dont l’engagement date de ce moment, cette Marche a une signification très personnelle : elle représente l’an 1 du «Mouvement Beur» en France.

A cette époque la mort du petit Taoufik, âgé de 9 ans, à la Courneuve alors qu’il faisait éclater des pétards à l’occasion du 14 juillet, avait provoqué plusieurs nuits d’émeute. Aujourd’hui, 30 ans plus tard, ce sont les petits frères de Taoufik que l’on fiche ! Oui plus de 30 ans ont passé, pourtant cette Marche – contre les racismes, contre l’exclusion, pour l’égalité, pour la dignité – doit continuer, car la xénophobie, la haine, le rejet de l’Autre, eux, sont hélas toujours d’actualité, en France certes  mais aussi dans toute l’Europe et bien au-delà car ce mal ne connaît pas de frontières…

Marcher pour «vivre ensemble» tout simplement, ce «vivre ensemble» qui, comme l’ouvrage, est à remettre – encore et toujours – sur le métier… marcher au Maroc, marcher en France, marcher ailleurs… ne jamais s’arrêter… pour que les générations actuelles et à venir, au-delà des origines et des différences, au-delà des particularités, des spécificités – parce que précisément la diversité est le meilleur des moteurs – sachent qu’il n’y a qu’une façon d’avancer… Marcher !

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *