Coup de jeune sur 2012 pour préparer 2013…

Coup de jeune sur 2012 pour préparer 2013…

2012 s’en va… qu’en restera- t-il ? Puisque j’ai la chance de partager avec vous cet espace chaque lundi j’aimerais essayer – en tant que militant associatif, engagé dans la cause de la jeunesse – de retracer quelques éléments marquants en leur donnant un éclairage «jeune», c’est-à-dire en m’efforçant de mettre nos jeunes en avant. En introduction permettez-moi d’abord de lancer un appel : nos jeunes sont seuls, nos jeunes sont livrés à eux-mêmes, nos jeunes qui ont besoin d’éclairage, de «balises», de phares pour leur éclairer la route, pour leur offrir un choix, pour leur permettre de se forger leurs opinions, pour construire leur personnalité manquent cruellement d’interlocuteurs, de «personnes ressources» : Parents, enseignants, intellectuels, responsables associatifs…adultes, où êtes-vous ? Où sommes-nous? Les jeunes se retrouvent le plus souvent confrontés à eux-mêmes : la rue, les réseaux sociaux étant aujourd’hui leurs seuls espaces de socialisation… Retrouvons le chemin qui mène à eux non pas pour faire à leur place, mais pour faire AVEC eux, car faire SANS eux, revient à faire CONTRE eux !
Les jeunes qui ont décidé de s’engager, de s’impliquer et de consacrer une partie de leur temps et de leur énergie aux autres, à la société, à une cause, à leur pays,… sont nombreux, et 2012 en a vu émerger beaucoup… Pour n’en citer que quelques-uns j’énumérerais ces associations qui se sont créées et qui agissent concrètement sur le terrain –tout en assurant une forte présence sur les réseaux sociaux d’ailleurs : Sidays, Lueur d’Espoir, Réseaux du Cœur, Maroc+, AIEM, le Club Arc en ciel, le Club Unité, Agora, Mimouna Club, sans oublier ces initiatives qui, elles, sont faites pour agir en direction des jeunes telles «Boulangerie Solidaire» ou «Tous contre l’abandon scolaire» qui ont choisi les domaines de la formation, l’emploi et la scolarité… et, ce qui est remarquable, tous ces étudiants, notamment les ENCgistes de Settat ou de Casablanca ou encore de différentes facs, de l’IGA Casablanca, etc.
Trois jeunes cinéastes méritent aussi une mention pour le «message» qu’ils font passer à notre jeunesse –chacun dans un style bien différent mais avec tellement de talent : Nour-Eddine Lakhmari, Nabil Ayouch et Kamal Hachkar, qui ont choisi de traiter de thèmes qui nous touchent de plein fouet : la diversité, la violence, la haine, l’engagement…les profondeurs de notre «moi».
2012 nous laissera aussi des regrets, où des personnes telles que Driss Ksikes et Jaouad Essounani ont dû mettre le «Dabathéatr» entre parenthèses, où Momo et Hicham ont dû annuler leur édition du «Boul’vart» et où une Dame qui a tout donné aux jeunes «derrière les barreaux» nous a laissés tous orphelins, je veux parler de Mama Assia, avec une mention spéciale «espoir» pour son digne fils Youssef Chehbi à qui revient la lourde tâche de reprendre le flambeau.
A l’entrée de 2013 les souhaits sont donc de coutume, j’émettrais donc celui de voir toutes les initiatives et personnes que j’ai citées être «clonées» et donc multipliées à l’infini… et vous inciter tous, nous inciter tous à nous engager aux côtés de notre jeunesse !

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *