Culture pour tous !

Culture pour tous !

La culture est tout autant un outil irremplaçable pour agir contre la radicalisation, contre l’exclusion tant celle qui touche une population que celle qui peut toucher une région.

La culture reflète l’âme d’un peuple, d’une Nation. Elle est le souffle de l’Homme qui lui permet de s’élever, de se forger un passé et un avenir, elle est essentielle pour vivre en société puisqu’elle est l’outil du vivre ensemble, de la compréhension, de la découverte.

La culture est l’ouverture tant elle permet la connaissance des autres civilisations et par conséquent des autres, elle est un vecteur d’amour et donc antidote à la haine, à la violence, au rejet.

Chez nous elle est d’une vitalité incroyable : pour autant si la jeunesse, la scène artistique, le milieu associatif regorgent de talents, d’inventivité, d’esprit novateur il en va tout autrement de notre classe politique, de nos élus qui eux font preuve d’un désintérêt voire d’un mépris abyssal pour cette culture.

Le Forum euro-méditerranéen des jeunes leaders organisé la semaine dernière à Essaouira par l’ambassade de France et les associations Marocains Pluriels et Essaouira Mogador, avait choisi de consacrer une soirée de témoignages sur le thème «Que peut la culture aujourd’hui ?».

Parmi ces grands témoins Hind Taarji – journaliste et écrivaine- Jihane Bougrine – journaliste culturelle et chanteuse- et des artistes telles Hindi Zahra, Neta Elkayam et le Groupe Input.

Tous ont démontré que la culture était tout aussi indispensable que l’éducation ou la santé tant elle nourrit l’Homme, c’est dire si le fil conducteur de ces 3 jours à bel et bien été la culture qui a constitué le plus fort lien unissant les 300 jeunes venus de 8 pays différents, quelle que soit leur langue, quelle que soit leur origine ou leur religion, elle était leur dénominateur commun.

La culture est tout autant un outil irremplaçable pour agir contre la radicalisation, contre l’exclusion tant celle qui touche une population que celle qui peut toucher une région.

Combien de minorités ont-elles réussi à attirer l’attention sur elles et sur leur cause et à gagner des sympathisants par le biais d’une chanson, d’un spectacle, d’un film ? combien de régions voire de pays sont sortis de l’anonymat grâce à un festival, à l’émergence d’un artiste issu de ses rangs ?

Au Maroc la culture – ancestrale et/ou moderne – est dans tout et partout, mais les moyens qui lui sont offerts pour s’exprimer, les espaces qui lui sont dédiés, l’importance qui lui est consacrée par les élus sont proches de l’inexistant, pire il semble bien que les décideurs n’ont rien compris à ce qu’est une politique culturelle comme le soulignent à juste titre les organisateurs du Boulevard.

Jihane Bougrine, lors de son intervention à Essaouira, a d’ailleurs souligné que nous avions déjà perdu des manifestations culturelles et artistiques, en effet pas de Boulevard cette année ni de Festival du court métrage !

Les jeunes associatifs qui organisent des activités culturelles butent sur le manque d’espaces pour leurs manifestations, ainsi Divers’Cité initiatrice de l’Escalablanca souffre de cet état de chose, elle qui voit affluer un public de plusieurs centaines de jeunes chaque mois, alors que la salle que met à sa disposition l’ICF ne peut en contenir que 200.

Petit à petit c’est notre patrimoine et notre potentiel culturel que l’on assassine.

1 Comment

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *