De toutes les couleurs : la chance des artistes

De toutes les couleurs : la chance des artistes

Lorsque je me promène dans la nature avec ma fille de trois ans, elle m’arrête tous les dix ou quinze mètres pour regarder un insecte, toucher un caillou ou sentir une fleur. Elle m’apprend ainsi à redécouvrir une multitude de choses simples auxquelles, nous-autres adultes, ne prêtons quasiment plus la moindre attention depuis bien longtemps. Bizarrement, c’est d’elle que me viennent les vraies leçons de vie. Cette curiosité, qui est le propre de tous les enfants de son âge, rend ces derniers heureux et occupés tout le temps. Ils n’ont jamais le temps de s’ennuyer –comme les artistes !
C’est vrai que tous les humains sont curieux en enfance, mais avec le temps, ils deviennent progressivement blasés de tout ce qui les entoure. Alors que les enfants observent les fourmis, les adultes les écrasent du pied. Après l’adolescence, cette ultime période d’intense curiosité, les gens se forment et trouvent un emploi où ils attendent impatiemment la retraite, pour enfin pouvoir ne plus rien faire, le temps de se dégrader et disparaître. Je pense que la curiosité est l’un des caractères les plus déterminants de la réussite des gens en général et des artistes en particulier. Les artistes ont la chance de continuer à posséder une partie de cette curiosité enfantine, qu’ils focalisent dans leurs champs d’expressions respectifs. La curiosité des artistes est comme celle des enfants, sauf qu’elle se spécialise dans leur domaine d’expression. Dans la vie d’artiste, comme en recherche scientifique ou ailleurs, pendant qu’on explore une idée, un sujet ou une technique, on sait pertinemment qu’il en existe des milliers d’autres dans l’air. Il n’y a pas de temps à perdre, pas de place pour l’ennui. Aussi curieux de leurs échecs que de leurs succès, dès que ces gens finissent d’explorer une chose, ils en trouvent une autre à découvrir. C’est souvent une suite de petites questions qui, de proche en proche, forment une gigantesque chaîne de questions-réponses sur de longues «distances.» Et cela peut parfois mener très loin ; là où peu de gens peuvent aller. Albert Einstein disait «Je n’ai aucun talent spécial. Je suis simplement passionnément curieux.» Les artistes sont des gens qui demeurent enfants plus longtemps que la moyenne. Leur curiosité reste en vie et leur permet de découvrir un tas d’autres mondes. Dans leur curiosité, ils s’excitent pour des choses simples qui ennuient la plupart des autres gens. Leur curiosité n’est jamais totalement satisfaite. C’est pour cela que les artistes authentiques, je veux dire ceux qui ne passent pas leur vie à se battre contre d’autres artistes, à compter les points, ou à naviguer dans les micmacs, semblent toujours plus heureux. Heureux dans une totale simplicité et sans prétentions, comme des enfants. Et s’il faut être curieux pour guérir de l’ennui, il n’y a, semble-t-il, pas de cure pour la curiosité. Dans les cas de mauvais goût, cette dernière est une simple accumulation de faits sans jamais s’arrêter pour y réfléchir.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *