De toutes les couleurs : le droit à l’erreur

De toutes les couleurs : le droit à l’erreur

Vous dépensez votre propre argent pour pouvoir continuer à vivre votre passion. Puis, avec le temps, vous devenez relativement connu. Vous rencontrez des responsables, des gens ayant de l’expérience dans les domaines qui cernent l’art, et des artistes connus. Certains vous méprisent ou vous ignorent et d’autres vous aiment et vous respectent. Ceux qui vous veulent du bien vous donnent des conseils sincères et utiles. Ils vous disent ce qu’il faut faire pour bien avancer et ce qu’il faut éviter pour ne pas détruire ce que vous venez à peine de construire. Ils vous disent que si vous allez trop vite ou trop lentement, votre carrière d’artiste en souffrirait. Vous appréciez leurs conseils. Vous vous en servez pour évoluer artistiquement, pour vous épanouir. Mais souvent, ça vous fait peur. Avant même d’avoir construit quelque chose de vraiment solide, vous commencez à vous inquiéter de tout perdre. Vous avez peur de commettre des erreurs de parcours ou d’appréciation des erreurs de choix. Mais ce genre de considérations est un frein à l’art et à la créativité. Un piège à artistes. A trop avoir peur de l’erreur, on ne crée plus librement. On ne se laisse plus aller. On se met à calculer, à estimer. Puis on se perd dans des considérations essentiellement matérielles. Je pense qu’il est dangereux de se laisser faire peur. On ne peut pas laisser l’argent, malgré son importance évidente, influencer ses décisions et ses choix artistiques. Exposer trop souvent ou pas assez, par exemple, peut être perçu comme une erreur. Mais l’artiste authentique est libre. Il n’a que faire des statistiques et expose uniquement lorsqu’il a quelque chose de nouveau à montrer, à partager. En art, il ne faut pas avoir peur de commettre des erreurs, au contraire, peut-être faut-il en commettre le plus possible pour acquérir de l’expertise. «Un expert est une personne qui a commis toutes les erreurs possibles dans sa spécialité» disait le fameux physicien Niels Bohr (1885-1962). Une vie passée à commettre des erreurs est sûrement plus honorable qu’une vie passée à ne rien faire du tout. En effet, la plus grande erreur que l’on puisse commettre dans une vie d’artiste est celle d’avoir continuellement peur de commettre des erreurs. L’expérience qui permet de sentir une erreur potentielle et l’éviter à temps, ne tombe pas du ciel, c’est un talent difficilement acquis. Être libre, c’est tenter de nouvelles choses au risque de se tromper. «La liberté ne vaut rien si elle n’inclut pas la liberté de commettre des erreurs», Mahatma Gandhi. L’erreur est humaine, dit le vieux dicton. Il s’agit donc d’apprécier ses erreurs pour ce qu’elles sont : de précieuses leçons chèrement payées. Ensuite, tout le mérite et tout l’art de l’artiste est de savoir quelles erreurs garder.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *