De toutes les couleurs : les mystères de la beauté

De toutes les couleurs : les mystères de la beauté

Moi, pour qui toute la beauté de l’univers se résume dans le visage, voire dans le seul regard d’une femme, suis mal placé pour en parler objectivement. Alors je pense que l’art donne à la beauté et accepte de recevoir ce qu’elle lui offre. Il permet d’exprimer les sentiments les plus profonds qu’elle crée en nous sans avoir nécessairement besoin de les nommer. «La beauté est ce qui est désirable en soi» a dit Aristote. Certains artistes détestent les belles images mais, bizarrement, vous n’en verrez jamais qui détestent un beau visage! En essayant d’être différent, on ne fait que souligner ses propres intérêts et désirs sans rien changer à la beauté intrinsèque des choses. L’art n’est pas de se forcer. Et si certains artistes dans le monde se forcent à peindre la laideur, il faut reconnaître qu’il y a, pour l’artiste authentique, de la beauté même dans les choses les plus insignifiantes. Les artistes qui ont fait les premiers pas dans le terrain de la laideur ont paradoxalement pu montrer qu’il y avait du beau même dans la disgrâce! C’est vrai que, dans un sens, la beauté n’est pas seulement ce qui est magnifique, nécessaire ou sacré. Elle n’est pas seulement la jeunesse, la force ou l’élégance, elle existe aussi dans les petites choses un peu vieilles ou tordues, car elle ne mène finalement qu’à elle-même. La beauté est infiniment variée. Hiver, été, automne et printemps ont chacun son propre charme. Le noble esprit sait l’apprécier dans sa multiplicité et ses diverses formes. Il la voit partout où il va, dans chaque visage, chaque esprit, chaque souffle de vie et chaque objet inerte. «La beauté est la vie quand la vie se dévoile. Mais vous êtes la vie et vous êtes le voile. La beauté est l’éternité qui se regarde dans un miroir. Mais vous êtes l’éternité et vous êtes le miroir. » (Khalil Gibran)
Pour l’artiste sensible, tout est incroyablement, merveilleusement, curieusement, immortellement et outrageusement beau! Il est capable de détecter la beauté à travers une sale fenêtre sur laquelle d’autres ne voient que de la crasse. Et sans prétendre offrir la beauté aux gens, il attire simplement leur attention vers celle qui existe déjà -qu’elle soit puissante ou faible. D’ailleurs la beauté n’est  pas liée à la force et la laideur à la faiblesse. La beauté se manifeste aussi bien dans une simple maison paysanne que dans un riche palais. Pour finir, je dirais que la nature qui nous a engendrés est nécessairement belle. La beauté dans les mathématiques, par exemple, ne se manifeste pas uniquement dans la vérité, mais aussi dans une certaine élégance. Et ce n’est pas M. Mahi Binebine qui me contredirait si je vous disais que lorsque vous cherchez une solution mathématique à un problème, soyez sûrs que si le raisonnement n’est pas élégant, la solution est sûrement fausse.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *