De toutes les couleurs : pause artistique

De toutes les couleurs : pause artistique

C’est bon de s’arrêter de peindre de temps en temps. Même si l’envie de barbouiller, de créer, reste forte. C’est bon de s’arrêter un moment, se laisser affamer davantage. Prendre du recul. Sortir de soi pour se regarder comme l’on observe un étranger. Se demander ce qu’on a réalisé jusque-là et où les choses ont l’air de se diriger.
C’est bon de s’arrêter le temps de contempler son art, de patienter, se rechercher et peut-être se renouveler. S’éclaircir l’esprit. Se renouveler en se retrouvant de nouveau, en étant soi-même de nouveau. Quitter quelques vieilles habitudes, les oublier, les remplacer par de nouvelles. Prendre quelques risques.
C’est bon de faire une petite trêve, pas nécessairement parce qu’on n’a rien à produire ou qu’on manque d’inspiration. S’arrêter, faire une pause alors qu’on est en pleine activité artistique, en pleine créativité, «c’est quand le soleil brille qu’il est temps de réparer le toit» (John F. Kennedy). S’arrêter pour prétendre qu’on ne sait plus peindre, qu’on n’a rien à peindre, qu’on manque d’idées, pour que l’expérience de la peinture soit nouvelle à chaque fois.
S’arrêter un moment pour contempler son atelier ou tout l’univers. Contempler l’essence poétique des objets et des petites choses. Savoir s’installer tranquillement dans son for intérieur le temps qu’il faut pour sentir le besoin d’en sortir. Sentir la nature. En prendre conscience. Car la contemplation est l’origine-même de la conscience et de la créativité. La contemplation est l’œil de l’esprit humain. Même si les mains tremblent du désir de peindre de nouveau, résister, s’arrêter un moment, le temps de rechercher cette chose indéfinissable que tous les artistes semblent vouloir trouver sans jamais réellement y parvenir. Chercher ce qu’est la prochaine histoire à raconter ou le prochain livre à écrire. Chercher un moyen pour atteindre un objectif, sans peut-être lui courir derrière –car courir n’est pas toujours le meilleur moyen. Et si on ne trouve rien, se rappeler que ce qui compte c’est le chemin, la recherche elle-même, car elle enrichit le travail de l’artiste. La créativité est souvent le résultat de la recherche plutôt que des trouvailles.
Il est bon de s’arrêter pour désirer, recevoir, se demander ou croire. S’arrêter pour se renouveler. Le changement permet de se rajeunir, d’éviter de se répéter, d’éviter de durcir. Revoir ses concepts, revisiter ses convictions, renouveler ses formes et ses idées. Regarder le monde avec un œil plus neuf. La vieille peau doit tomber avant que la nouvelle puisse prendre place.
Il est bon de s’arrêter et patienter. La patience est une arme puissante. Les bons peintres savent attendre car la peinture nécessite beaucoup de patience. Pour peindre proprement, il faut s’arrêter de temps en temps pour nettoyer ses pinceaux et ses outils. La patience est indispensable à la réussite. Cela prend du temps généralement, mais ce n’est pas du temps perdu car après une pause on revient toujours plus fort.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *