De toutes les couleurs : promenade à sens unique

De toutes les couleurs : promenade à sens unique

L’artiste veinard vit sa vie comme une balade. Une promenade en forêt, pleine d’intrigues, de découvertes, de bonheurs mais aussi de petites surprises et de peurs. La vie d’artiste est une vraie aventure. Car la vraie aventure n’est pas d’escalader une montagne, c’est une attitude, un mode de vie qui permet de déguster les bonheurs et de contourner les obstacles de tous les jours. L’art est une aventure vers le monde de l’inconnu -les idées, les attitudes et les solutions viennent au fur et à mesure qu’on avance.
L’artiste prend son destin en main. Il est de ceux qui contrôlent ce qui se passe, pas de ceux qui regardent ce qui se passe ni de ceux qui se demandent ce qui se passe…
Il est têtu et il sait que c’est cela qui lui permet de faire tant de choses et de voir tant de merveilles. Alors il avance à son rythme, selon ses propres choix. Il suit son instinct. Prend son cœur pour principal guide. Fonce en prenant le plus de plaisir possible, car le voyage est à sens unique. Pas de marche arrière.
Il baisse la tête et fonce ! Tant pis si on le prend pour un paria. Il sait ce qu’il veut, ce qui l’intéresse et où il va, et rien ne peut le perturber. Il avance sans se retourner. Un aller simple dont l’issue est ce qu’il y a de plus incertain, de plus mystérieux. Absolument personne au monde ne sait où, ni comment, la balade se terminera ! Ni lui ni les guides qui ont l’air de tout savoir. Il relève la tête et fonce. Ne rate rien du spectacle. Ni les petits détails ni les grands. Ni les minuscules plantes ni les arbres géants. Il avance et déguste chaque instant, chaque mouvement, chaque bruit. Tout l’intéresse, les fleurs comme les feuilles en décomposition.
Il sait qu’avant lui, d’autres ont tracé des chemins qui mènent au plaisir, mais il crée le sien. Il préfère prendre des risques -une histoire de quitte-ou-double. Les gens qu’il rencontre lui donnent des conseils. Il ne sous-estime pas leurs suggestions. Il les écoute, les digère et les intègre dans ses choix. De toute façon, s’il se mettait à suivre les autres promeneurs, il ne verrait rien d’extraordinaire, rien de réellement nouveau.
Il aime raconter des histoires nouvelles. Il aime parler de ses balades, de ses aventures et ses mésaventures. À quoi bon reprendre les mêmes chemins que d’autres ? À quoi bon raconter des histoires que d’autres ont vécu avant lui ? Des histoires que les gens connaissent déjà ?
Les sentiers battus sont pour les autres. Il lui arrive de trébucher, de tomber, de se blesser, mais il se dit que c’est cela le prix de la liberté. Et tout compte fait, ce n’est pas cher payé. Il est prêt à payer plus pour pouvoir continuer à se délecter des succulents plats que la vie lui offre. De temps en temps, il s’arrête, il fait une pause pour choisir un détour. Il fait une pause pour faire le bilan,  pour reprendre son souffle. Il s’arrête et se demande ce qu’il a fait jusque-là et ce qu’il devrait faire plus tard. Il est libre.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *