Dignité, j’écris ton nom!

Dignité, j’écris ton nom!

Dans un pays tel que le nôtre où tous les chantiers sont ouverts -mais vraisemblablement aussi dans tout pays- c’est en fait au quotidien que se construit la dignité.
C’est un beau mot que celui de dignité !  C’est un mot auquel chacun d’entre nous aspire, c’est un mot qu’il convient de ne pas galvauder…
Toutes les femmes, tous les hommes qui œuvrent sur le terrain, au jour le jour, loin des agences de presse étrangères, comprendront ce que cela veut dire.
Dans les quartiers, les écoles, les hôpitaux, la rue, les orphelinats, les entreprises, les facs, les maisons de vieillesse…tous ceux qui agissent pour que nos concitoyens vivent mieux, vivent dans la dignité – et non pas pour les prendre en otages – connaissent la valeur du mot !
La dignité n’est pas un mot que l’on lance en appât, elle n’est pas un mot que l’on jette en pâture, elle est action !
L’humiliation est de voir cette dignité prise en otage par et pour un faux combat.
Croyez-moi, sur le terrain nous en embrassons des fronts, des mains, des joues, or jamais l’on ne se sent aussi grand que dans ces moments-là, avec toujours au cœur un immense sentiment de respect et de dignité.
Le vrai combat pour la dignité, il est là !
Depuis 12 ans, hommes et femmes de bonne volonté, Roi, militants…avons trimé, combattu, bâti pour faire progresser cette dignité, et lorsque nous sommes dans le réel, les mains dans le cambouis, les pieds dans la boue, notre baromètre sait nous indiquer les avancées, palpables, concrètes, mesurables… ce baromètre c’est le peuple.
Dignité, dites vous? Parlons-en, mieux faisons-la ! En permettant qu’une jeune fille, une femme puisse sortir dans la rue sans se faire harceler, en aidant un adolescent à sortir de la drogue, en éduquant pour que de «nouvelles» libertés trouvent leur place sans anéantir la conscience d’une population, en faisant en sorte que certaines traditions -en vérité faux tabous- ne soient plus un frein, mais pour que des traditions – en fait ciment identitaire, repères historiques, bases spécifiques d’une Nation- perdurent.
Tout reste à faire ? Raison de plus pour ne pas se tirer soi-même une balle dans le pied et si l’objectif est réellement, sincèrement, «tripalement» la dignité de nos compatriotes alors au charbon !
La dignité c’est ne pas chercher à égarer les nôtres, ne pas les instrumentaliser, c’est ne pas donner à «l’ennemi» les armes pour nous mettre à mal, c’est ne pas parler au nom -à la place- d’un peuple mais écouter ses aspirations profondes et se mettre à son service pour les réaliser.
La dignité c’est ne pas détourner le désir d’un peuple mais l’aider à s’accomplir par plus d’éducation, plus de santé, plus de civisme…la dignité c’est un engagement sincère, dénué d’arrière-pensées et de faux combats!
Dignité ne se conjugue qu’au singulier pourquoi lui inventer un faux pluriel ! Elle est dans le regard d’un père, le sourire d’une mère, la fierté d’un jeune, le rire d’un enfant…et y contribuer, est le plus beau signe de respect.
La dignité c’est se sentir soi-même «être digne»…sans avoir à s’affubler des pseudos oripeaux d’une dignité que l’on voudrait nous imposer.
Voilà ce que c’est être digne!n

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *