Discours d’un Roi : Les «petits cailloux blancs»…

Discours d’un Roi : Les «petits cailloux blancs»…

Si l’on prend le soin de compiler les derniers discours royaux il est aisé d’y trouver une image riche de sens, celle des «petits cailloux blancs» semés pour indiquer le chemin, qui servent de repères lorsque l’on risque de s’égarer. Il y a des moments dans le parcours d’un militant, dans l’action d’une association, dans la vie de tout «engagé» où le doute s’installe, où se pose la question du bien-fondé de cet engagement, où l’on se dit qu’après tout on se trompe peut-être de «combat», où la lassitude peut prendre le pas, où l›ingratitude, les critiques gratuites…peuvent décourager !
Et puis il y a les moments qui «regonflent», qui redonnent l’envie, qui nous signifient que «oui, il faut continuer», que l’on est dans le vrai, où l’espoir renaît et la foi dans la cause que l’on défend reprend le dessus… le discours royal de ce 20 Août fait partie de ces moments privilégiés.
Pour être franc, nous en rêvions, Sa Majesté l’a prononcé !
Dans notre pays il est très difficile d’assumer un militantisme de terrain et ardu de prendre un parti revendiqué par beaucoup en paroles mais bien peu en actes : celui de la jeunesse ! De son engagement, de son implication dans la vie de la Cité, de sa dignité…
Bien souvent il s’agit de postures bien plus que de positions.
Ces 2 extraits du discours royal du 20 Août  viennent conforter l’engagement et décupler la résolution des militants avides de soutien.
«La culture constitue ,de nos jours, un levier fondamental pour la création, l’innovation, le ressourcement spirituel et l’affirmation de la personnalité nationale. Elle est le catalyseur qui dynamise notre société, une société aussi fière de ses affluents pluriels et de sa civilisation séculaire, qu’elle est attachée à sa diversité et à son ouverture sur le monde.»
«A cet égard, nous devons revoir notre approche et les méthodes en vigueur à l’école pour passer d’une logique d’enseignement centrée sur l’enseignant et sa performance et limitée à la transmission des connaissances aux apprenants, à une autre logique fondée sur la réactivité des apprenants et axée sur le renforcement de leurs compétences propres et la possibilité qui leur est donnée de déployer leur créativité et leur inventivité, d’acquérir des savoir-faire et de s’imprégner des règles du vivre-ensemble dans le respect de la liberté, de l’égalité, de la diversité et de la différence».
Outre la satisfaction pour les militants de se dire qu’au plus haut niveau de l’Etat, leur combat se trouve ainsi conforté, ce qui compte est l’esprit du discours, sa portée : il met la Jeunesse Marocaine au cœur des priorités de l’Etat, et en fait une «cause nationale» urgente. Tout y est évoqué : le système éducatif, l’épanouissement du jeune, la culture, l’engagement, la politique, l’égalité, les droits, la pluralité…Plus qu’une feuille de route, une véritable boussole !
Maintenant tout sera dans l’application, la concrétisation sur le terrain et là tout dépendra de la volonté des hommes en charge des Affaires à tous les niveaux, de l’implication des Citoyens, et notamment des Jeunes, et de la façon dont ils s’approprieront eux-mêmes le discours royal.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *