Divers’Cité

Divers’Cité

Ils animent le paysage culturel de la jeunesse marocaine avec des activités telles que Escalablanca, Expo Nomade, Street Cinéma et plus récemment Croq’Débat. Ils, ce sont les jeunes de Marocains Pluriels juniors et les jeunes de Droit de Cité – des jeunes d’une moyenne d’âge tournant autour de 20 ans.

Après 3 ans de collaboration, après avoir réalisé ces activités qui ont marqué du sceau de l’innovation le mouvement associatif, ces jeunes «motivés» ont décidé de se donner une plus grande envergure : pour plus d’efficacité, plus d’impact, plus de représentativité et devenir un mouvement de jeunesse, ils ont décidé d’unir leurs forces et de fusionner !

Divers’Cité, tel est le nom que ces jeunes se sont donné : «Divers» pour illustrer la pluralité de la jeunesse, «Cité» car c’est là où ils vivent et c’est là où ils ont décidé de s’investir. Leur domaine de prédilection est celui de la culture, qu’ils considèrent – à juste titre – comme l’instrument capable de sortir notre jeunesse de l’exclusion.

L’un de leurs buts principaux est comme ils le définissent eux-mêmes, de donner aux jeunes «des racines et des ailes» : des «racines» pour savoir d’où ils viennent, qui ils sont, et des «ailes» pour leur permettre de choisir leur voie, d’émerger, de réussir dans leur vie.
L’activité qui illustre le mieux cet objectif est le Croq’Débat dont le principe est : une jeunesse, une histoire, un débat.

La visée de cet événement est d’inspirer les jeunes à travers des expériences personnelles qui ont abouti au succès et à la réussite d’un parcours : les jeunes ont besoin – particulièrement dans le contexte actuel – de pouvoir s’identifier à des personnalités valorisantes, d’avoir des images positives, de sortir du misérabilisme et de savoir que «c’est possible».
Dans la présentation de leurs actions, les jeunes de Divers’Cité expliquent : la jeunesse a besoin de  «héros» accessibles, disponibles, et prêts à partager et à aider…la jeunesse a besoin d’émulation !!!

Pour cette édition, ils avaient choisi deux pistes de réflexion : l’engagement par l’écriture avec Driss Jaydane et l’engagement associatif avec moi-même, j’ai ainsi participé à un débat d’une qualité remarquable, qui durant 2 heures nous a permis d’échanger avec un public nombreux, attentif et curieux, de sujets de discussion qui allaient de la jeunesse à l’ exclusion, en passant par la politique, les valeurs, la culture, la religion.

Driss Jaydane a développé une argumentation pertinente, limpide, accessible, qui a fait mouche et suscité non seulement des questions – ce qui est normal dans un débat – mais aussi des demandes de conseils, de la part notamment des plus jeunes, ce qui est plus rare…Et ce qui prouve deux choses: la première est que lorsque l’on sait instaurer un climat de confiance avec nos jeunes, alors ils baissent la garde et se livrent en toute franchise et la seconde est que notre jeunesse est bien trop souvent seule, pour ne pas dire isolée, et qu’elle a besoin de nous !
Or nous sommes bien trop peu à répondre à leurs invitations, à leurs demandes, à leurs attentes, d’où la nécessité de multiplier les occasions de rencontre, d’échange, de dialogue entre nos générations.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *