Donner un élan à nos jeunes talents

Donner un élan à nos jeunes talents

J’ai assisté ce samedi à une superbe activité des jeunes de l’association Divers’Cité qui – en partenariat avec l’Institut français de Casabanca, Hit Radio et la Fondation Hiba – a lancé une initiative originale baptisée EscalAcademy.
En fait, il s’agit d’un spectacle à la recherche de jeunes talents qui allie deux aspects: le 1er : l’EscalaBlanca qui offre la possibilité de se produire devant un public, à des jeunes passionnés de musique, de chant ou de danse, qui veulent tester le plaisir de se produire sur scène et le second l’EscalAcademy qui met en compétition de jeunes talents – groupes ou artistes solo – qui, eux confrontent leur talent et se soumettent au vote du public, pour au bout du compte -lors de la finale qui aura lieu le 21 juin à l’occasion de la Fête de la Musique, décrocher le Prix qui consiste en l’enregistrement d’une maquette dans les studios de la Fondation Hiba.

J’ai aimé ce concept et pu en constater de visu les résultats : d’abord cette capacité à allier culture (ici la musique), loisir et convivialité loin de tout mercantilisme – l’entrée est gratuite– et en même temps offrir un débouché concret aux jeunes qui, eux, aimeraient se lancer dans la grande aventure d’une carrière, dans la reconnaissance de leur talent et mettre leurs pas dans ceux de Nass El Ghiwane, des Hoba Hoba Spirit, Ahmed Soultan ou Oum… Pour cela l’offre de l’EscalAcademy qui est de donner aux jeunes vainqueurs la possibilité d’enregistrer une maquette est une véritable opportunité : car avec celle-ci sous le bras ils vont pouvoir démarcher les radios, les organisateurs de spectacles, les agences de com, les producteurs de Festivals !

Voici donc une belle façon de faire la courte échelle à nos jeunes talents en leur donnant l’une des clés de la porte qui peut mener à la réussite. Aujourd’hui, il faut multiplier les initiatives qui peuvent servir de marche-pied à notre jeunesse : les entreprises doivent le faire dans le domaine de l’emploi, les partis politiques en s’ouvrant aux jeunes, le sport qui l’a fait pendant de belles années est aujourd’hui en panne et doit renouer avec la recherche et l’émergence de jeunes talents, la culture le fait grâce à des activités telles que la lecture dans le tramway, telles que sbara fi Zanka, telles que le Tremplin du Boul’vart et telles que l’EscalaBlanca… L’ascenseur social est bloqué au sous-sol, tout ce qui peut permettre de le remettre en marche est bienvenu et la culture n’est pas superflue, n’est pas «accessoire», outre l’épanouissement de soi, outre le rayonnement qu’elle offre à un pays, elle est aussi une formidable pépinière d’emplois et une source de production de richesses dans tous les sens du terme.

Les jeunes artistes qui se produisent à l’EscalaBlanca et l’EscalAcademy comptent en leur sein -cela ne fait aucun doute- les talents qui demain viendront enrichir le paysage marocain. Pour émerger ils peuvent compter sur les acteurs de la société civile pour leur donner l’élan qui les propulsera, tels la Fondation Hiba, L’Boul’vart, Hit Radio, Divers’Cité…/… aux festivals du Royaume de leur tendre les bras, aux médias de leur consacrer des articles pour amplifier cet élan !

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *