En’Vie !

En’Vie !

Dans le monde mortifère dans lequel nous vivons où la mort violente fait la Une de l’actualité, dans notre société où tant de jeunes succombent aux maux du repli, de l’inertie, du renoncement ou de la haine, ils ont choisi de prôner la vie…

Les (très) jeunes ont décidé de se prendre en main, ils veulent émerger et inviter leur tranche d’âge à se réveiller.

Leur moyenne d’âge tourne autour de 17-18 ans et ils ont choisi pour atteindre leurs objectifs de créer une association dont le nom à lui seul révèle toute l’ambition «En’Vie», en un mot ou en 2 mots la signification est forte et emblématique d’une génération.

Ils veulent vivre et veulent avoir envie de vivre ! Dans le monde mortifère dans lequel nous vivons où la mort violente fait la Une de l’actualité, dans notre société où tant de jeunes succombent aux maux du repli, de l’inertie, du renoncement ou de la haine, ils ont choisi de prôner la vie, l’envie de «s’en sortir», l’envie d’être utiles aux leurs, l’envie de s’impliquer, l’envie d’être acteurs, vecteurs, moteur. Après l’émergence du mouvement associatif chez les jeunes ces dernières années, nous assistons aujourd’hui à son essoufflement, faute de soutien, faute de prise en compte. Faute d’interlocuteurs nombre de jeunes sont tentés de baisser les bras.  Malgré les obstacles à Oujda avec «Les Passagers», à Marrakech avec «Marock’ Jeunes», à Casa avec «Divers’Cité», «HappyNass», «Lueur d’Espoir», «Jeunes Bénévoles»…/… les jeunes engagés poursuivent leur mobilisation, il faut redonner du souffle à ce mouvement, vital pour notre société.

En créant «En’Vie», Othmane, Lila, Jaafar, Myriam, Hamza, Kamil… impulsent un rebond, tout particulièrement chez les adolescents, leurs objectifs sont ambitieux et en même temps primordiaux. Ils veulent en effet agir contre l’oisiveté, la tentation de la violence, les risques de délinquance, d’embrigadement, de radicalisation chez les jeunes, preuve qu’ils ont parfaitement identifié les maux de leur génération. En mettant l’accent sur la culture-  ils veulent favoriser l’esprit de créativité, l’envie de s’exprimer, la joie de vivre, l’émergence de nouveaux talents, l’ouverture d’esprit… leur ambition est de «donner des ailes à la jeunesse», ce dont ont tant besoin nos jeunes.

Imprégnés de leur éducation générationnelle ils veulent utiliser les réseaux sociaux pour faire vivre cet esprit, mais en même temps – pragmatiques et concrets – c’est sur le terrain qu’ils veulent aussi agir pour lui donner du sens, lui donner du concret, là où la jeunesse est en attente. Soutenons les, encourageons-les, ne laissons pas retomber ce souffle salvateur, soyons à leurs côtés. Leur argumentaire est limpide et en même temps visionnaire : «Les jeunes sont guettés par le risque du renoncement, de l’apathie, toute envie de vie, toute joie de vivre leur étant enlevées – car oui malgré les difficultés du quotidien et/ou les craintes de l’avenir, la joie de vivre est l’élément naturel de la jeunesse – ils tombent dans le piège de la violence, la spirale de la mort qui va de la drogue à la radicalisation, de la destruction à l’auto destruction. Nous voulons agir pour faire de la culture un outil pour l’insertion et l’épanouissement de la jeunesse… la clé de l’envie, de la vie !». Je leur souhaite très sincèrement de réussir car ils ouvriront alors d’autres voies aux adolescents de notre pays, en leur donnant précisément envie.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *