Et notre bourgeoisie ?

Et notre bourgeoisie ?

Précisons tout de suite qu’il n’est pas dans l’esprit de cette tribune d’aller dans le sens populiste de la «haine du riche», tout aussi nuisible que l’est le «mépris du pauvre»… une fois cela précisé, essayons d’analyser un peu de quoi il retourne quand dans le Maroc actuel on parle des «Bourgeois» en matière de citoyenneté. Notre Monarchie est déclarée citoyenne dans la Constitution, nous demandons à notre population de se comporter de façon citoyenne, et en particulier à notre jeunesse, quid de notre bourgeoisie ? Est- elle citoyenne ? Si nous pouvions caricaturer, nous dirions qu’elle se divise en deux : «les trimeurs» et «les frimeurs», mais le terme lui-même de bourgeois porte déjà une forte charge péjorative. Or il y a bourgeois et bourgeois : il y a d’un côté des personnes, des familles qui sont arrivées à une situation matérielle confortable grâce à leur travail ou à un héritage qu’ils ont su faire fructifier de façon honnête et intelligente, c’est en quelque sorte le fruit de leur labeur, de leurs efforts. D’ailleurs ils sont souvent «durs à la tâche», et d’abord envers eux-mêmes ou leurs enfants qu’ils élèvent dans le respect de certaines valeurs fondamentales, ils lisent, se cultivent et évitent les signes extérieurs de richesse, ostentatoires. Cette classe de la société est un moteur, elle contribue à la richesse du pays, crée de l’emploi, et respecte «les règles» comme par exemple déclarer ses employés à la CNSS, leurs actions de bienfaisance sont le plus souvent faites dans la discrétion, on peut alors parler de «bourgeois citoyens», faute de trouver un terme mieux approprié, pourtant avouons le ce ne sont malheureusement pas les plus visibles, et les bourgeois bling-bling, ceux dont tout le «civisme» se résume à «paraître» sont bien souvent les arbres qui cachent la forêt…Et ils font du mal !
Leur comportement provoquant et provocateur, leurs incivilités répétées, leur mépris pour tout ce qui n’est pas eux, créent dans la classe populaire –et notamment dans la jeunesse- des sentiments qui vont de la rancœur à la rancune et contribuent précisément à alimenter cette «haine du riche» perceptible et néfaste. Driss Jaydane, jeune auteur de talent ayant publié «Le jour venu» connaît bien le sujet et raconte que le dernier comportement en vogue chez nos «blings-blings» est de prendre des abonnements téléphoniques en France et de se téléphoner au Maroc «entre eux» via ces abonnements qui les distinguent de «la populace», d’ailleurs nos jeunes qui ont le sens de la dérision les ont déjà baptisés « les «Sefreux», terme descendant directement de «SFR» !
Si cela se limitait à ces aspects un peu ridicules le mal ne serait pas trop grave. Or, malheureusement ces comportements ne sont que la partie visible de l’iceberg, le plus souvent dénués de tout sentiment «d’amour de la patrie», ils ne contribuent à la richesse du pays ni financièrement ni intellectuellement, ni culturellement, bien au contraire. Or dans toute société la bourgeoisie, l’élite, ont un rôle fondamental à tenir, celui de locomotive! Il est temps que cette partie de notre classe financière dirigeante se ressaisisse et comprenne qu’il est urgent pour elle de mettre la main à la poche, au sens propre comme au sens figuré, pour donner à ce pays ce qu’elle peut – ce qu’elle doit – lui donner !
Il est urgent de passer de la «frime» à «la trime» !

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *