Et si on «se boostait»

Et si on «se boostait»

Oh il ne s’agit pas de (re)peindre en rose notre quotidien, nul dans notre pays ne s’avise plus de dire «l3am zine» tant il serait peu crédible.
L’actualité nous met à rude épreuve et d’ailleurs nous nous rendons compte dans notre propre vie à quel point les difficultés de tout ordre sont omniprésentes. SM le Roi n’a-t-il pas lui-même tenu un discours de vérité criante le 30 juillet dernier ? Pour autant ne sommes-nous pas en train de sombrer collectivement dans une forme de «dépression», une sorte d’abandon qui risque de nous mener
tous à un «je-m’en-foutisme» déjà très répandu. Les réseaux sociaux deviennent de gigantesques cahiers de lamentations et la surenchère dans le défaitisme risque de nous submerger. La tendance est palpable et hélas plutôt que d’entraîner un sursaut, elle nous tire vers le bas ! Nous devenons des sortes de bien pensants dont les réseaux sociaux sont «le terrain» où nous en sommes quasiment réduits à nous lamenter sur la misère des autres en nous exemptant systématiquement de toute responsabilité. Et si nous décidions tous de nous mobiliser, d’agir, d’aider ! Il ne s’agit pas de dédouaner l’Etat de ses responsabilités, il s’agit de «faire notre part». Il s’agit de ne pas nous complaire dans un statut de spectateur, de contempteur, de réagir systématiquement de façon passive.

Nous aussi nous avons notre rôle, nous sommes dans un pays qui a les moyens qu’il a, qui a les défauts qu’il a (nous les connaissons tous et ne nous privons pas de les décrier) mais bon sang il y a aussi beaucoup de belles choses qui se passent, il y a aussi des gens qui se battent, de belles personnes qui mettent la main à la pâte, il y a des gens qui «font leur boulot», il y a des signes qui peuvent nous inciter à l’espoir… battons-nous tous ensemble contre ce qui ne va pas, mobilisons nous, aidons, agissons … Sur le terrain ! Ces derniers jours j’ai relevé des gestes, des actions, des signes qui sont à même de nous booster, de nous donner des raisons concrètes d’y croire et surtout qui devraient nous pousser nous aussi à agir ! A Essaouira ce sont des jeunes qui se mobilisent pour offrir des cartables, des fournitures scolaires, des tabliers à des jeunes de douars de l’arrière- pays, à Marrakech c’est le wali qui joint l’action à la parole et s’immerge au sein de la population, il a d’ailleurs entrepris depuis sa nomination de tisser de vraies passerelles avec la jeunesse des différentes villes de sa wilaya. Même si un wali ne peut répondre à toutes les demandes, à toutes les sollicitations des citoyens il peut du moins les écouter, prendre des mesures appropriées, en faire des partenaires. C’est sur le terrain, par le contact que se reconstruira la confiance, qu’une synergie décideurs population se fera… Seule véritable façon de bâtir notre avenir commun.

C’est ce qu’avec insistance- a réaffirmé SM le Roi, c’est ce que nous souhaitons tant, acteurs de terrain, et c’est ce qu’espère notre population… Retrouver le chemin des quartiers, renouer le lien avec la population,
retisser des contacts avec la jeunesse, je suis persuadé que c’est la seule voie… A Casa ce sont des jeunes musiciens de rues qui se prennent en main et établissent une «charte de bonne conduite», en liaison avec le gouverneur et l’autorité…à Tanger ce sont des personnes en situation de handicap qui grâce à des associations locales peuvent accéder à la baignade, à Ifrane c’est le gouverneur qui pousse un «coup de gueule» contre l’anarchie des commerçants… et tant et tant d’autres exemples nous montrent que «c’est possible». Ô bien évidemment rien n’est facile et les obstacles sont légion, mais ils ne sont pas insurmontables ! Et ils le seront d’autant moins que nous serons nombreux à nous mobiliser. Retroussons nos manches, c’est le seul chemin réaliste, concret et porteur d’avenir…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *