Femmes marocaines…

Femmes marocaines…

Célébrer la femme une journée sur 365 peut paraître dérisoire mais en même temps ne pas mettre à profit cette Journée pour citer les avancées, les manques, les injustices, les retards… serait dommage. Par ailleurs trouver une façon originale d’en parler, de dire autre chose que des banalités n’est pas chose aisée et tant sur le terrain que dans les écrits on sombre bien souvent dans les redites et autres constats.
Personnellement j’avais envie de dire des choses qui me viennent du cœur, j’ai donc choisi –sans prétention aucune et en précisant que ce choix est le mien- de citer ici le nom de femmes marocaines pour qui – dans ma vie militante- j’éprouve admiration et respect. Le passé, le présent et l’avenir regorgent et regorgeront de femmes émérites, je me suis concentré ici sur des Marocaines de notre époque qui par leur action sur le Web ou dans la vraie vie, agissent sur le présent et façonnent le futur. Certaines ont des noms qui vous sont familiers, d’autres sont célèbres, d’autres encore sont des «héroïnes du quotidien» qui œuvrent  hors la lumière mais toutes –dans leur diversité- sont des Marocaines à qui ces quelques lignes ne sont que le témoignage qui leur est dû en cette journée!
Il y a toutes ces jeunes filles des Nouvelles Générations qui s’engagent et donnent confiance en notre jeunesse, je voudrais en citer quelques-unes afin de leur dire à quel point elles ont fait le bon choix : Hiba Wakrim, Sanaa El Younsi, F. Zahra Beggar, Adiba Fattah, Islam Hamdoune, Imane Boujia, Rajae Hammadi, Chaimae Maqsoud, Leila Zizi, Dounya Youzalen, Nawal Chami, Layla Choukry, Asma Fakhoury… et tant d’autres.
Et puis ces femmes telles Latifa Ibnziaten maman du jeune Imad mort sous les balles de Mohamed Merrah et qui mène aujourd’hui un combat salutaire auprès des jeunes de banlieues, ou encore Mama Assia, irremplaçable et irremplacée… Sans oublier ces «marocaines de cœur» souvent mamans d’enfants Marocains, à l’image de Marie Favre dont le nom reste lié à la célèbre revue «Kalima»… que ce soit les artistes Latifa Ahrare et Oum ou bien les militantes de terrain telles Aicha Chenna ou enfin celles qui par leurs écrits font avancer les libertés telles Sanaa Elaji, Fedwa Misk, Badia Salhi… et ces marocaines de confession juive à la Marocanité à fleur de peau, à l’image de Monique El Grichi…toutes ont le courage de se confronter aux défis qui se posent à notre pays : la place de la Femme, la diversité, l’avenir de notre jeunesse, les injustices, l’exclusion…Qu’elles trouvent ici le respectueux salut que nous sommes très nombreux à leur adresser.
FAVRE Marie
ELAJI Sanaa
MISK Fedwa
MAROUB Fadwa
ELABBASY Aicha
SLAOUI Amina                                                                                                                                            MAMA Assia
AHRRARE Latifa
ROUISSI Khadija
OUM
CHENNA Aicha
ATIAS Morales Valérie
IBNZIATEN Latifa
NEJJAR Narjis
EL GRICHI Monique
SALHI Badia
Les initiales des noms de toutes ces femmes mises bout à bout forment les mots «FEMMES MAROCAINES», cette chronique leur  est modestement dédiée.

Articles similaires

1 Comment

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *