Hors-jeu !

Hors-jeu !

Discours du Trône, SM le Roi réserve une large place à la culture, discours du 20 août cette fois-ci c’est l’éducation qui est mise sur  le devant de la scène… dans les deux cas c’est la jeunesse qui est soulignée, qui est l’objet et le sujet de l’attention royale. Dans les deux discours à la Nation c’est sur les jeunes générations qu’est mis l’accent – avec fermeté – et c’est une «adresse» sans fard qui est envoyée aux responsables! Et ces discours viennent à point car le constat est hélas alarmant…

Si le contexte dans les pays arabo-musulmans étant ce qu’il est, notre jeunesse prend conscience que la situation de notre pays est une exception à protéger, il est cependant clair que ses demandes en matière de dignité, d’emploi, d’accès aux loisirs, de prise en compte en tant qu’entité à part entière, sont fortes…et à l’heure actuelle sans réponses concrètes.
Qu’en est-il sur le terrain ?

– manque total de prise en compte de la jeunesse par les élus (notamment les élus locaux).

– manque cruel d’activités culturelles, en particulier dans les quartiers populaires.

– «ringardise» et inadéquation de nos Maisons de jeunes, gérées de façon administrative et sans imagination.

– absence d’animateurs, d’éducateurs, de travailleurs sociaux qu’il faudrait recruter et former au sein même de la jeunesse… les structures créées dans le cadre de l’INDH sont là mais le «personnel» compétent pour les faire fonctionner n’existe pas.

– manque flagrant d’émissions télévisées d’expression, de débat, de «confrontation d’idées» qui seraient ô combien nécessaires pour refléter la réalité du terrain et «dégonfler» certains «faux tabous» qui deviennent oppressants lorsqu’ils sont tus… il serait d’ailleurs urgent de favoriser l’émergence de jeunes visages à la télévision, qui permettraient que les jeunes s’y reconnaissent et s’y identifient.
Et la liste de nos manques est loin d’être exhaustive…

Une opportunité s’offre à la classe politique, non pas tant de tenter de récupérer les leaders de cette jeunesse, mais bel et bien de faire sien le contenu des discours royaux et de porter les revendications de nos jeunes pour les faire aboutir, hélas à l’heure actuelle aucun parti n’a su le faire… Hors-jeu !

Les élus, notamment, doivent se rendre compte qu’une chose est désormais acquise dans notre pays, si pendant longtemps on parlait de la jeunesse à la place de celle-ci, aujourd’hui elle a pris la parole et s’exprime elle-même sur les sujets qui la concernent, des espaces d’expression de plus en plus larges sont investis par les jeunes, à titre d’exemple : clubs agoras, débats TEDX organisés dans différents villes du Royaume, le Web: blogs, réseaux sociaux, vidéos… le Café Politis, les émissions libre antenne des radios, etc.

Bien sûr quelques personnalités et structures associatives s’efforcent d’ «encadrer» la jeunesse et de faire croître un nouvel état d’esprit en son sein, mais les moyens manquent et l’indispensable relais politique fait défaut…
Là encore la classe politique est «hors-jeu», la partie se joue sans elle, il est paradoxal  que le maillon faible soit précisément la courroie de transmission chargée de «mettre en musique» une véritable politique de la jeunesse !

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *