Hors-jeu : Au bord de la faillite

Le Calcio qui était le plus riche et le plus puissant championnat du football européen est rattrapé par la crise financière que connaissent nombre de clubs et d’instances sportives de par le monde. Plusieurs clubs italiens telle la Fiorentina, Venise et même la Lazio sont menacés de faillite et n’arrivent même plus à verser les salaires à leurs joueurs.
Cette hémorragie de difficultés financières chez des clubs européens était prévisible depuis que les montants des transferts des joueurs ont atteint des sommes astronomiques. À tel point que les clubs les plus riches de la planète sont surendettés jusqu’à mettre sur la liste des transferts leurs meilleurs joueurs. Il fallait s’y attendre car depuis quelques années les dirigeants des clubs en mal de gloire ont fait dans la démesure totale en faisant de la surenchère sur l’acquisition des joueurs.
L’image et la réputation d’un club est devenu tributaire de l’évolution en son sein d’un joueur qui vaut des milliards. La vente aux enchères ne connaît plus de limite dans ce domaine. Il est inconcevable par exemple que le transfert des joueurs comme Zidane, Figo ou Ronaldo coûtent plus de cinquante milliards de nos centimes pour chacun d’entre eux. D’abord le football mondial a connu des joueurs plus virtuoses que ces derniers, mais leur valeur réelle n’a pas été surestimée pour autant. Ensuite ni Zidane, ni Figo, encore moins Ronaldo, n’ont justifié jusqu’ici le montant mirobolant de leur transfert. Pour ceux qui ont vu jouer Pelé, Maradona, Cruyff, Bekenbaeur, Eusebio et bien d’autres, la cotation des trois précités s’avère incommensurablement exagérée tant en potentialité technique qu’en matière de rentabilité. Voire, comparé à des joueurs comme Van Basten, Figo et Zidane sont au-dessous de la moyenne sur l’échelle des buts marqués. Or tous les grands joueurs qui ont marqué l’histoire de notre football ont été jugés sur leur rentabilité en buts et non pas sur des petits gestes techniques au demeurant stériles. D’ailleurs l’Union Européenne de football a fait ce constat et a essayé de plafonner le coût de transfert des joueurs pour arrêter l’hémorragie des faillites des clubs.
La mafia de l’argent a travesti le football jusqu’à voiler des défaillances graves dans les aptitudes des joueurs. Le Nigérian Kanou n’avait-il pas risqué sa vie avant de subir une opération pour des problèmes cardiaques ? Ronaldo n’est-il pas devenu inopérant par une série de blessures successives ? Est-il vraiment nécessaire de risquer la faillite d’un club pour acquérir les services d’un joueur valant les yeux de la tête ?

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *