Hors-jeu : Carton rouge pour Le Pen

L’arrivée au deuxième tour du président du Front National, J.M. Le Pen a choqué tous les Français imbus de valeurs républicaines y compris les sportifs. Le sport étant le domaine le plus coloré de l’Hexagone, il était normal que ceux qui font la grandeur de la France en foot, en athlétisme et en rugby, s’élèvent contre celui qui incarne le fascisme et l’exclusion.
Le Pen a affiché déjà sa xénophobie en affirmant en 1996 qu’il est artificiel que l’on fasse venir des joueurs de l’étranger en les baptisant équipe de France. Il visait la sélection de football et ce deux ans avant qu’elle ne remporte la coupe du Monde en 1998 grâce à un groupe de joueurs multicolore.
Abasourdi par la ferveur que ce succès mondial avait suscitée dans son pays, Le Pen s’était abstenu d’aller à contre courant d’une unanimité populaire. Zidane et les autres l’ont débouté. Mais il est clair que dans son for intérieur, ce révisionniste n’avait jamais digéré qu’une équipe, composée pour la plupart de joueurs de couleur, soit sacrée championne du monde. Son silence n’a pas toutefois leurré les sportifs d’origine étrangère qui ont compris que le Mussolini de ce nouveau siècle n’a pas changé d’un iota ses idées fascistes. C’est pour cette raison qu’une équipe de Dirac un village de 1375 habitants où évoluent de joueurs maghrébins a décidé de se dissoudre. Pour ne plus représenter un village où Le Pen arrive en tête. Les joueurs de ce club ont décidé de jouer leur dernier match sous la bannière de cette commune le 12 mai prochain.
Le capitaine de l’équipe de France, Marcel Dessailly, dénonce Le Pen l’agressif, l’intolérant et le fasciste. Zidane a estimé que ce parti ne correspond nullement aux valeurs de la France. Mais il faut convenir qu’il reste étonnant que ceux qui ont voté pour Le Pen puissent être, en même temps, des supporters de clubs où évoluent des Français d’origine étrangère. Il est tout aussi surprenant que les supporters de Le Pen ignorent tout de l’histoire de leurs pays notamment cette page où des milliers d’Africains sont tombés sur les champs de bataille pour défendre la France.
Cette France libre et forte d’aujourd’hui existe grâce aux sacrifices de la résistance française mais aussi grâce à la bravoure des Marocains, Algériens et autres africains. C’est cette histoire qu’il faut réapprendre aux jeunes Français embrigadés par la démagogie du Front national. Quant aux valeurs du sport, elles vont de pair avec la tradition républicaine qui cultive la tolérance et la cohabitation sous le même drapeau tricolore.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *