Hors-jeu : Cheikh Naciri

Le plateau sportif de 2 M a été dimanche dernier le théâtre d’une scène inouïe où l’on a proféré des paroles surréalistes sur le football national. Par la ferveur d’un fqih, instituteur de son état, et membre du GNF d’où il perçoit un salaire de dix mille dirhams, l’émission sportive s’est transformée en un prêche religieux.
Le cheikh Mohamed Naciri s’est permis le luxe de faire la corrélation entre le Jihad du prophète Sidna Mohammed et la pratique du football pendant une fête religieuse. Le secrétaire général du WAC, présent sur le plateau, n’en revenait pas et lui a fait savoir qu’il est totalement hors sujet. Ainsi, le football est assimilé à une guerre sainte par un monolingue qui s’affiche partout au nom du GNF comme s’il en était le porte-parole.
À chaque fois il est coiffé d’un titre différent sans que cela n’éveille en lui le réflexe de préciser sa vraie fonction. Il se plaît à cumuler les fonctions même si elles sont fictives et s’ingénie en outre à prêcher les bêtises à la télévision, à la radio et dans la presse écrite. On ne sait pourquoi il intéresse tant les journalistes même si le plus néophyte, parmi nous, sait pourquoi les journalistes l’intéressent autant. Pourtant ce qu’il a dit et redit dernièrement sur sa conception de l’application de la loi est absolument scandaleux. Pour répondre aux dirigeants du WAC qui se plaignaient du GNF qui a fait jouer leur équipe le lendemain de l’Aïd, il a tout simplement reconnu que le GNF a souvent transgressé la loi pour avantager le WAC.
Il l’a déclaré à un journal, l’a redit à la radio et l’a répété au secrétaire-général du WAC devant les cameras de 2M. Ce dernier, en homme sensé et intelligent, l’a remis à sa place en lui rappelant que le WAC n’avait pas besoin de ce coup de pouce illégal. De deux choses l’une, ou bien ce prêcheur ne sait pas ce qu’il dit, ou bien il vit dans un autre monde où la notion de la démocratie et de l’égalité devant la loi n’est enseignée qu’en arabe.
La seule langue qu’il sait manier en sa faveur car cet homme sait user du verbe pour atteindre ses objectifs. Il est membre du GNF, vice-président et porte-parole de la ligue de la Chaouia, secrétaire général du Chabab, chargé de l’animation à la délégation de l’enseignement, animateur de plusieurs activités sportives et culturelles à la préfecture de Mohammedia. Normal donc qu’il ait pu animer avec brio une émission de télévision souvent terne, incolore et inodore.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *