Hors-jeu : Diplomatie du «Mondial»

Hors-jeu : Diplomatie du «Mondial»

«Le Maroc dispose du meilleur dossier par rapport aux autres pays arabes candidats pour l’organisation de la coupe du Monde 2010. Même si l’Afrique du Sud semble avoir beaucoup plus de chances, le Maroc bénéfie de l’atout de ses deux expériences précédentes». Cette déclaration, parue dans le journal émmiratie « Al Bayane », émane d’une importante personnalité de la FIFA : le Qatarie Mohamed Benhammam. Il s’agit de quelqu’un qui parle en connaissance de cause. Une aubaine à saisir au vol par l’association 2010 pour concrétiser cette réputation dont parle M.Benhammam. Ce dernier a effectivement signalé au même journal que l’Europe perçoit notre pays comme étant le grand favori. D’autant plus que la réconciliation entre la Confédération africaine de football (CAF) et l’Asian football confédération (AFC) vient d’avoir lieu, hier mercredi à Beyrouth lors d’une conférence de presse où Aissa Hayatou et Mohamed Benhammam ont dissipé une bonne fois tous les désaccords résultant après l’octroi de l’organisation du Mondial 2006 par l’Allemagne . Avant tout, il va falloir éviter les erreurs commises lors de nos précédentes candidatures. Et pour ce faire, il faut mettre à la disposition du staff Kettani tous les détails concernant ces dossiers, car il semblerait que l’Association 2010 n’a pas pu mettre la main sur ces «archives». Ensuite, cette bonne impression qu’ont les Européens sur notre pays devra être fructifiée, voire consolidée. À chaque minute, nous sommes écrasés par l’idée et la sensation du temps. On se persuade mieux, pour l’ordinaire, par des raisons qu’on a soi-même trouvées, que par celles qui sont venues dans l’esprit des autres. Si l’Association 2010 a mis en place sa propre stratégie, il n’en demeure pas moins que le gouvernement marocain devrait s’y mettre aussi. Et très sérieusement. D’abord, parce que le sport est orphelin depuis la disparition du ministère des sports, et de ce fait c’est le Premier ministre qui gère l’Administration des sports. Ensuite, parce que toute la nation marocaine est impliquée. D’un autre côté, notre diplomatie en particulier doit s’atteler désormais pour mener à bien une mission très spéciale dans ce volet. Elle devra nous sortir son côté sportif. Les diplomates marocains en place dans les 24 pays représentés dans le comité exécutif de la FIFA sont en mesure de jouer un rôle prépondérant en véhiculant, preuve à l’appui, la bonne réputation dont jouit le Maroc comme l’a clairement affirmé M.Benhammam. L’image du pays s’avère plus dure à façonner que la réalisation d’infrastructures qui ne demandent que des moyens financiers, si colossaux qu’ils soient. Notre concurrent le plus compétitif est l’Afrique du Sud avec ses richesses et ses capacités énormes. Mais ce n’est pas pour autant rassurant pour les organisateurs. L’optimisme gagne donc du terrain en faveur de notre pays. Seulement, autant l’optimisme béat, c’est-à-dire inactif, est une sottise, autant l’optimisme, compagnon de l’effort, pour sortir des difficultés, des souffrances, des lésions fonctionnelles et organiques, est légitime.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *