Hors-jeu : Eduquez-les !!

L’erreur monumentale du gardien de but des FAR à l’égard du joueur du Raja Mustapha Bidodane, largement traitée par les médias, continue de susciter des remous dans les milieux du public. L’incident a eu lieu lors de la 11ème journée du GNFI. Il est vrai que Tarik Jarmouni a fait des excuses et s’est déclaré tristement désolé. Il est vrai aussi que Bidodane, en humble sportif débordant de fair-play a déclaré de son côté que l’incident était clos pour lui et qu’il pardonnait à son congénère. Avec la grande vague d’indignation qui a suivi la diffusion des images à la télé, on s’était dit qu’il passerait longtemps avant qu’une autre bavure portant atteinte au principe sacré de la discipline n’ait lieu. Eh bien ceux qui avaient raisonné de la sorte ont eu tort. La même journée après leur retour d’Oujda, les membres du bureau dirigeant de l’Ittihad Zemmouri de Khémisset ont signé une pétition pour protester contre « les comportements anti-sportifs» émanant de la part du public d’Oujda contre les joueurs de l’IZK. Une longue diatribe parlant de déontologie d’éducation et de fair-play. Une semaine après à Khémisset lors de la rencontre qui opposait l’Ittihad local au même Raja, la désagréable et inattendue surprise a eu lieu. A quelques minutes de la fin de la rencontre et alors que les deux équipes furent à égalité, le gardien de but de l’IZK balle en mains s’attaque gratuitement à un joueur du Raja concédant ainsi un penalty causant ainsi une défaite à son club à domicile. Lors de l’émission Al Alam Ryadi qui est revenue sur l’affaire plusieurs fois au ralenti, la désolation se lisait sur le banc de touche de l’équipe hôte après le geste très déplacé du gardien de but. Mais quelques minutes après, un autre joueur de la même formation donne un flagrant coup de coude à un attaquant du Raja, écopant tout aussi gratuitement et inutilement d’un carton rouge et rejoint son gardien aux vestiaires juste avant le sifflet final. L’IZK sort la tête baissée avec zéro point à cause de l’inconscience de quelques éléments alors que le club avait fichtrement besoin de points. Certes c’est un problème universel. Des joueurs indisciplinés, il en existe dans tous les pays. Y compris des «notables» du foot. En Angleterre par exemple le mois d’octobre dernier, la presse locale avait soulevé un tollé pour des comportements présumés indisciplinés de la part de plusieurs joueurs de première division anglaise. Ces derniers ont la tête parfois chaude et la même presse impute cet état de choses aux sommes colossales que gagnent les joueurs qui se permettent de défier le célèbre fair-play des sportifs anglais en cédant à la colère. Mais au Maroc, la grande majorité des pratiquants est payée aux promesses, et rares sont ceux qui ont le privilège de recevoir leur dû en temps voulu. Quelle serait la situation si nos joueurs n’étaient pas menacés par la précarité ? Heureusement qu’il y a des problèmes de comportement individuel. Car il ne s’agit en aucune façon des agissements collectifs.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *