Hors-jeu : La lie du devoir

L’image restera gravée dans les mémoires des Marocains, notamment ces jeunes à qui l’on cassait les oreilles par la nécessité de s’investir dans le champ politique et la pratique de leur droit constitutionnel etc. Devant les écrans de la télé nationale, on aura vu les comportements de nos élus, de nos politiques voire de nos éminences grises. C’est la débandade totale au sein du champ politique national. On aura tout vu, décidément. Des alliances immorales et contre nature, un engouement hyper opportuniste longtemps camouflé derrière l’intervention de l’Administration et les multiples accusations à l’encontre du ministère de l’Intérieur. Cette même image est en train de caractériser le football national. Il semblerait que les instances de tutelle, et à leur tête la Fédération Royale Marocaine de Football, sont dépassées. Déjà, la saison passée, la compétition a beaucoup souffert à cause d’un calendrier désordonné et dépourvu de toute logique organisationnelle. La deuxième journée du GNF I s’est jouée sur trois phases. Deux rencontres avancées avaient eu lieu samedi, quatre autres dimanche en attendant les deux matchs d’aujourd’hui. Dans la foulée, et en essayant de comprendre les raisons de cette gestion désordonnée, voilà que l’on découvre une autre surprise. Une demi-finale de la coupe du trône, en pauvre orpheline, aura lieu le même jour que les deux matchs retard du GNF I. Et pour que le tableau soit encore plus abstrait et plus incompréhensible, les deux clubs qui joueront leurs matchs ajournés ne sont que le WAC et le Raja, les protagonistes de l’autre demi-finale de la coupe du trône !! Allez-y comprendre. En principe, les deux demi-finales du plus prestigieux trophée national sont jouées le même jour. C’était dans le temps où l’on avait du respect pour cette fameuse coupe du trône qui bénéficiait, hélas, d’un très grand intérêt de la part du public. Ceux qui sont en âge de s’en souvenir, se rappellent certainement que les demi-finales étaient souvent programmées en nocturne lors des années 70 et connaissaient un afflux massif du public. De nos jours, c’est à peine s’il est possible de savoir la saison concernée par la coupe du trône. Parfois, les finales de deux saisons se jouent dans la même semaine, la coupe changeant de mains en l’espace de quarante-huit heures…Aucun facteur attrayant. D’un autre côté, le paradoxe est flagrant, compte tenu des réalisations de nos sélections respectives Seniors, olympique et celle des juniors. Toutes guidées par des cadres nationaux. Les premiers se sont qualifiés pour la CAN 2004 sous la houlette de Zaki, les deuxièmes pour les JO d’Athènes sous les commandes de Madih et les juniors qui sont allés battre leurs homologues algériens à la coupe LG conduits par Fethi Jamal. L’association 2010 est en pleine effervescence en enregistrant beaucoup de points positifs depuis quelque temps, et les regards commencent à se tourner sérieusement vers le Maroc comme le plus probable futur pays organisateur du Mondial 2010. Tout à fait incompatible avec la prestation du GNF I, comme s’il ne s’agissait pas du même pays. Tous soucis renvoyés, tous projets ajournés, il reste une inquiétude par cette contraction terrestre ou pesanteur, qui nous tient toujours. Voilà notre ennemie de tout instant, voilà notre constante pensée.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *