Hors-jeu : Le courage de Zaki

Le public, les dirigeants et la presse craignaient cette confrontation amicale avec le Sénégal qui s’est déroulée dans une conjoncture morose de notre football. D’autant que la sélection sénégalaise tout auréolée de sa réputation d’ogre du dernier Mondial est arrivée aux quarts de finale et a battu les champions du monde en titre.
Sur le papier donc, les coéquipiers de Haji Diouf étaient mentalement supérieurs aux Lions de l’Atlas. Sur le terrain, la donne fut très différente tant sur le fond du jeu, la condition physique que sur la motivation des uns et des autres.
Maintenant que l’équipe nationale a battu le signe indien, faut-il pour autant oublier nos malheurs footballistiques et verser dans l’autosatisfaction ? Bien sûr que non puisqu’une victoire sur le Sénégal ne peut aucunement colmater les profondes brèches qui ont fissuré le football national. Mais il faut reconnaître que la prestation des Lions de l’Atlas en ce jour béni de l’Aid Al Adha nous réjouit amplement dans des moments où l’échec est devenu notre lot quotidien.
L’espoir fait vivre, mais il faut travailler rudement en l’entretenant au jour le jour par le sérieux et la rigueur. Ceci étant, en analysant ce match qui a dépassé le cadre amical, il est certain que le public a été agréablement surpris par une équipe nouvelle dans tout le sens du terme. Les détracteurs de Baddou Zaki y trouveront certainement à redire en continuant à entretenir l’éventualité du recrutement d’un entraîneur étranger avec tous les bénéfices qu’ils comptent en tirer. Mais, la réalité du terrain lors de ce match contre le Sénégal a démontré que le staff technique marocain est capable de s’adapter à toutes les circonstances y compris celle de la crise. De prime abord, Zaki a fait montre d’un courage exceptionnel en titularisant plusieurs nouveaux sélectionnés notamment en milieu de terrain et dans la ligne d’attaque. Ils sont rares les entraîneurs qui, dans la situation de Zaki et de notre football, oseraient opérer un tel chamboulement.
Deuxième constat, et il est de taille, l’entraîneur national a démontré par le positionnement des joueurs sur le terrain qu’il possède une maturité tactique de haut niveau. Les professionnels sénégalais ont été étouffés par le pressing des Marocains en milieu de terrain où même les attaquants ont joué un rôle essentiel. Du coup, les lions de l’Atlas sont devenus maîtres de la situation, même s’ils ont connu un certain flottement lorsque les Sénégalais ont mis le paquet pour égaliser. Mais, il a fallu de peu pour que les nôtres aggravent la marque par des contre-attaques menées sur les flancs avec une rapidité et une limpidité étonnantes. Certes, il ne faut pas trop jubiler pour une victoire dans un match amical, mais quand on sait que la France a perdu chez elle, il ne faut pas non plus sous estimer cette prestation.
Encore faut-il mettre en évidence cet esprit d’équipe qui a prévalu chez les nôtres qui se sont tous surpassés pour gagner ce match et mettre fin à une série de contre performances de notre football.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *