Hors-jeu : Le navire du sport sans timonier

Si l’association chargée de promouvoir la candidature du Maroc au Mondial 2010 est en pleine effervescence pour capitaliser le peu d’avantages que nous avons sur nos rivaux, et dont le monde commence à prendre conscience, l’absence du terme même du sport dans la hiérarchie gouvernementale risque de nuire considérablement à nos ambitions. Le sport est orphelin depuis la disparition du ministère de la Jeunesse et des Sports. Il n’y a plus de responsable incarnant le rôle d’interlocuteur, qui supervise les décisions relatives à un secteur des plus vivaces de notre société. Le gouvernement Driss Jettou a dissout le ministère des sports sans se hâter de le remplacer. On a bel et bien entendu parler d’un Haut Commissariat qui serait chargé des sports, mais depuis, le sport n’a toujours pas de «moniteur» officiel. Mais c’est le Secrétariat d’Etat chargé de la Jeunesse (sans sport) qui parle aujourd’hui au nom des sportifs. Et voilà que la nouvelle saison commence avec deux têtes chercheuses. D’abord, le Premier ministre qui tient une séance de travail avec le président du Comité national olympique et les présidents des Fédérations sportives, consacrée aux préparatifs des jeux olympiques prévus à Athènes en 2004. Tout en faisant l’éloge de la réputation dont jouit notre sport, le Premier ministre a fait état des problèmes qui se posent au secteur du sport, que ce soit du côté des installations sportives ou en ce qui concerne le financement et l’encadrement. Appel a été lancé aux fédérations nationales afin d’élaborer des programmes précis à même de promouvoir la participation des champions marocains dans différentes rencontres internationales. Il est plus qu’évident que ce sont les Hautes instructions Royales et la grande sollicitude dont le souverain entoure les sportifs, qui sont derrière ce «réveil». Parallèlement, un communiqué émanant du Secrétariat chargé de la Jeunesse parle d’un programme élaboré par le Secrétariat en question dans le domaine des activités sportives sous le nom «Le sport pour tous». Ce programme entre en «vigueur» le troisième jour du Ramadan piloté par les délégations du Secrétariat d’Etat. Les inscriptions sont déjà en cours pour ceux qui sont intéressés. Le sport se trouve ainsi sans tuteur officiel. C’est une situation pour le moins insignifiante. Pourquoi le Secrétaire d’Etat à la Jeunesse ne se charge-t-il pas officiellement des Sports puisqu’il est capable de remplir cette fonction qui, plus est relative au monde de la jeunesse dont il s’occupe au sein du gouvernement ? N’oublions pas que notre pays est en course pour l’organisation de la coupe du Monde 2010, prévue en Afrique. L’engouement marocain pour organiser la plus grande fête du football dans l’univers est tout à fait incompatible avec l’absence d’une instance de tutelle qui assumerait le rôle de plaque tournante entre les différents intervenants impliqués dans l’aboutissement de cet objectif.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *