Hors-jeu : Le parapluie de la nullité

Le Général a pris le commandement de la commission technique. Il était temps parce que notre football allait droit vers la déroute totale. Ce n’est pas une surprise, c’est une reprise en main des choses du football qui étaient entre de mauvaises mains. On l’a répété mille fois dans ces mêmes colonnes, certains hommes qui entourent le président de la FRMF ne méritent même pas le strapontin dans un club amateur. La preuve, jamais notre football n’a atteint ce seuil de la nullité tant sur le plan des résultats que de la gestion.
La réunion du bureau fédéral, vendredi dernier, a étalé tous les maux de notre football à partir de l’irresponsabilité des uns, de l’incompétence des autres et de l’absence de stratégie et de visibilité. À tel point que la fédération est devenue pour certains une vache à traire dont profitent les copains et la famille avec des salaires exorbitants et des dépenses ostentatoires en voyages d’agrément. Tout le monde était au courant de ces exactions, certains dénonçaient le comportement despotique de certains membres fédéraux et d’autres ont préféré quitter le navire avant qu’il ne chavire. La sonnette d’alarme s’est déclenchée depuis longtemps, mais il est certain que la piètre prestation de l’équipe olympique en coupe arabe et le désistement du MAS en coupe arabe des clubs, ont précipité les choses.
Au cours de la réunion du bureau fédéral, le président de la commission technique, Mohamed Gartili, a été mis à l’index. La majorité, des membres l’a accablé et personne ne l’a défendu pour la bonne raison qu’il est impossible de défendre l’échec. L’omniprésent Gartili a été donc limogé et c’est le Général de corps d’armée qui dirigera la commission technique, lequel sera secondé par Abdallah Benhsain. Mieux encore un comité de réflexion a été constitué pour faire une évaluation du fonctionnement de la direction technique et élaborer une stratégie plus étalée sur le temps. Il faut qu’on ait plus de visibilité car notre football naviguait à vue pour causer autant de dégâts que la marée noire du «Prestige» en Espagne et en France.
En fait ce n’est pas seulement la commission technique qui devrait être révisée , mais il faudrait remettre en cause toutes les structures d’une fédération qui s’empêtre de plus en plus dans la médiocrité. La commission technique n’est qu’un maillon de la chaîne de cette décrépitude. Aussi faut-il redéployer, faute de limogeage, toutes les ressources humaines de la FRMF, en attendant un changement radical lors de l’assemblée générale prévue en décembre. Ceci étant la restructuration de la commission technique est une bonne chose, même si elle a tardé à venir.
Les membres de la fédération qui assimilent la compétence à la complaisance envers le Général, devront désormais comprendre qu’ils ne seront jugés que sur leur rendement. La fédération ne doit plus être confondue avec une institution qui recrute pour permettre la promotion sociale de certains intrus et autres arrivistes. Comme le sérieux finit toujours par payer, la médiocrité finit souvent par être dévoilée quel que soit le parapluie sous lequel elle s’abrite.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *