Hors-jeu : Le rejeton Kadhafi sur la sellette

Il s’agit certainement d’un mauvais sort, ou plus précisément du mauvais oeil. La nouvelle est du tonnerre. Elle émane du Comité olympique italien. Saâdi Kadhafi vient d’être testé positif à la norandrosterone lors d’un match contre Regina, il y a un mois. L’homme est âgé de trente ans. Un accro du ballon rond et de tout ce qui s’y rapporte. Il est président de la Fédération de football de son pays. Il s’est payé des leçons particulières avec les meilleurs professeurs. Maradona en personne, Carlos Bilardo, l’ancien entraîneur argentin, ou encore Ben Johnson pour la condition physique. Il joue milieu de terrain, ou parfois en attaque, aussi bien avec son club Al Ittihad qu’avec l’équipe nationale de son pays, dont il est de surcroît le capitaine. Actionnaire à la Juventus et, depuis juin dernier, joueur professionnel à Pérouse, club de première division en Italie, Saâdi n’a pourtant joué aucun match de Serie A depuis son arrivée hyper médiatisée au Calcio. Mais il a quand même endossé le maillot de Pérouse en se faisant deux fois retenir comme remplaçant de l’équipe première. Le président de Pérouse, Luciano Gaucci, est tout de suite monté au créneau, défendant farouchement son joueur. Saâdi serait sous traitement pour des douleurs dorsales. Et comme certains médicaments peuvent contenir des substances interdites…ce fut la mauvaise coïncidence. Les déclarations de M.Gaucci, affichées sur le site internet de La Gazzetta dello Sport, sont traduites comme la solidarité du club envers Saâdi. Le risque de la suspension est très gros selon la presse sportive italienne. Si les premiers résultats sont confirmés par un second test, la fédération italienne de football ne fera pas de cadeau, même à un footballeur particulier comme le fils du guide de la révolution libyenne. Il y a seulement quelques jours, son statut au niveau de l’actionnariat au club de la Juve a été contesté pour être contre le règlement. On ne peut être à la fois membre du conseil d’administration d’un club et jouer dans un autre dans le même championnat. Il fut alors obligé de démissionner. Si ce n’est pas la poisse, serait-ce un coup monté contre un Saâdi briguant un poste de secrétaire général de la CAF, et chef de campagne de candidature de son pays pour la coupe du monde 2010 ? Ironie du sort, le fameux contrôle positif a été effectué à l’issue du match Pérouse-Reggina le 5 octobre, où le fils Kadhafi… figurait sur le banc de remplaçants!! Il est maintenant déclaré comme étant le troisième joueur de la Série A à être contrôlé positif cette année après le défenseur de Parme, Manuele Blasi, le 14 septembre, et l’attaquant de l’Inter Milan, Mohammed Kallon, 24 ans et originaire de la Sierra Leone, le 27 septembre. «Ah ! chers lecteurs, ce qui manque le plus au monde, c’est le sens de l’ironie. Si nous pouvions rire de nous, de notre sottise, comme aussi de ceux qui l’exploitent et qui en vivent, nous serions sauvés ! Refuserez-vous aujourd’hui, une fois de plus, le réconfort de ce rire libérateur ?», dixit Georges Bernanos, 1948.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *