Hors-jeu : L’inconstance algérienne

Algérie égale inconstance. Ce constat fait par feu S.M. Hassan II depuis plus de vingt ans n’a jamais été démenti par les menées cyniques et subversives du pouvoir algérien. Le défunt souverain l’avait rappelé dans une lettre adressée en 1976 au président boumedienne après la traîtrise de la bataille d’Amgala.
Nos «amis» de la junte militaire ne se gênent jamais pour assener un coup dans le dos à leurs frères maghrébins à chaque occasion. Il faut reconnaître que leur subtilité malveillante cachée derrière le voile du droit à l’autodétermination d’un peuple fictif, a longtemps prévalu. Ils ont ainsi mené en bateau plusieurs pays avant qu’ils ne découvrent le pot au rose pour retirer leur appui aux Polisariens.
Aujourd’hui ils changent de registre pour contrecarrer le Maroc dans le domaine sportif. Là aussi, ils ont cru trouver la glissière par laquelle ils peuvent s’infiltrer sans qu’ils ne soient taxés de mauvaise foi: l’unité maghrébine.
Les Algériens ont demandé tout simplement au président de la FIFA, Joseph Blatter, que la coupe du monde 2010 soit organisée conjointement par les pays du Maghreb. Vous devinez que cette proposition n’a rien d’unioniste puisque le Maroc s’est porté officiellement candidat à l’organisation du Mondial. On l’avait pressenti dans ces mêmes colonnes quand on avait écrit que la solidarité arabe n’est jamais acquise même dans le sport. Le secrétaire général de l’union arabe de football qui a soutenu la candidature marocaine devrait être ébranlé dans sa conviction par cette volte-face algérienne. Il ne faut pas se leurrer, cette proposition maghrébine n’est ni un soutien, ni un renfort, mais elle est bel et bien la énième manoeuvre pour contrecarrer tout ce qui est marocain.
On voit mal la FIFA autoriser des rencontres de coupe du monde dans un pays où des citoyens innocents sont massacrés au quotidien. Et puis, les Marocains ne comprendraient jamais comment on peut organiser une manifestation de cette envergure avec un pays qui détient des prisonniers marocains dans les geôles de Tindouf.
Certes l’histoire et la géographie ont toujours confirmé que Tindouf est une ville marocaine. Mais personne n’admettrait que des concitoyens y soient traités, d’une manière inhumaine, comme le sont et les militaires et les civils marocains dans les camps de Lahmada.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *