Hors-jeu : L’intelligence combattue

Le ridicule n’a pas tué les membres de la fédération de cyclisme qui se sont subitement retirés de la conférence de presse tenue par le président Mustapha M’Chiche El Alami . En revanche cette attitude rocambolesque risque de tuer dans l’oeuf tous les espoirs de voir un jour notre cyclisme réparer ses roues crevées depuis plus d’une décennie. À peine cinq mois après son retour à la légalité, la fédération élue a retrouvé les vieux démons des luttes intestines qui ont tant nuit à ce sport. Pourtant rien n’augurait d’une telle défection du bureau fédéral vis-à-vis du président de la FRMC.
À la veille de cette conférence, on a tout mis en place jusqu’à désigner les membres du bureau qui allaient s’assoire à la tribune à côté du président. Détail important : au cours de cette réunion certains membres de la fédération se sont disputés quand il fallait désigner les noms de ceux qui allaient se mettre sur l’estrade à côté de l’orateur…Le secrétaire général de la FRMC qui devait ouvrir les débats a surpris tout le monde en lisant un communiqué virulent contre M’Chiche Alami. Les contestataires ont découvert que le président, Mustapha M’Chiche Alami, prenait des décisions unilatérales sans consulter le bureau de la fédération.
Les caprices des gens du cyclisme sont imprévisibles. Mais il ne faut pas se leurrer. Le président est loin d’être un néophyte en la matière puisqu’il est un ancien coureur des années quarante. Il connaît même beaucoup plus la famille cycliste que n’importe qui d’autre puisqu’il n’est autre que le frère de feu Abdeslam M’Chiche Alami, le président fondateur de la FRMC. Le tort de Mustapha M’Chiche Alami est d’avoir préparé un programme ambitieux pour le cyclisme dans un monde où les ambitions personnelles priment sur l’intérêt du sport. Eh puis, pour être logique avec la logique de notre sport, on ne sait pas ce qu’un homme comme M’chiche Alami est venu faire dans la sphère très fermée du cyclisme. Il est ingénieur agronome, docteur ès sciences économiques de l’université de Georges Town, ancien représentant du Maroc aux Nations unies et à l’ambassade du Maroc à Washington et ancien cadre de la banque mondiale.
M’Chiche est un spécialiste dans la planification qu’il a voulu mettre en oeuvre pour promouvoir le cyclisme. Il vit vraiment sur une autre planète, car ici-bas seule l’improvisation fait foi, sinon l’intelligence ne serait pas combattue autant qu’elle l’est, chez nous, dans le sport comme dans tous les domaines.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *