Hors-jeu : Secret de réussite

Qui l’aurait imaginé un jour ? Younes El Aynaoui est devenu numéro un du tennis mondial. À partir d’aujourd’hui, il va trôner sur le fauteuil où sont passés Pete Sampras, André Agassi, Lleyton Hewit et bien d’autres tennismen de renom exceptionnel. Même si ce siège est souvent éjectable, El Aynaoui l’occupera tout seul pendant au moins quinze jours. Ce qui n’est pas une sinécure, même si cet exploit est acquis à la faveur du nouveau classement ATP.Un classement qui remet le compteur des points à zéro dés le début de chaque année. Le mousquetaire marocain a gravé son nom sur les tablettes du tennis mondial grâce à sa victoire en finale de l’open de Doha. Dans ce tournoi Younes a effectué un parcours époustouflant en éliminant coup sur coup Pioline, Schilari, Novak, Schultter et Montilla. Il faut rappeler que le tournoi de Doha a toujours réussi aux joueurs marocains notamment à Karim Alami où il avait battu Pete Sampras. La distinction de Younes El Aynaoui reste toutefois mémorable puisqu’elle le propulse aux devants de la scène de l’élite mondiale. Samedi après avoir visionné le match sur 2 M, les férus du tennis commentaient avec fierté l’exploit de Younes. Le président de FRMT, Mohamed M’jid, n’en revenait pas lui aussi : «C’est un exploit extraordinaire d’un joueur sérieux et professionnel. J’en suis ravi et fier comme tous les sportifs qui m’ont contacté par téléphone pour échanger les félicitations». Le monde du professionnalisme est très dur avec ses circuits interminables, ses entraînements soutenus et ses voyages éreintants. Notre champion a su s’accommoder à ce rythme infernal grâce à son sérieux, son talent et sa persévérance. Né d’une bonne famille, Younes incarne la gentillesse, l’éducation et le sens de la solidarité. Il le prouve, en compagnie des autres mousquetaires, en coupe Davis où le Maroc joue au sein l’élite. Cet exploit constitue aussi une consécration pour la fédération Royale marocaine de tennis (FRMT) dirigé par l’inénarrable Mohamed M’jid.
Ce dernier en compagnie des autres membres de la FRMT et de la direction technique, déploie des efforts louables pour la promotion de cette discipline. Les prestations de nos joueurs lors du Hassan II, la coupe Davis, les jeux méditerranéens, panarabes et autres, ne sont que la partie visible de l’iceberg. Dans la partie cachée on trouve le travail de base avec la formation des jeunes et la politique de vulgarisation de tennis. Il n’y a pas de secret dans la réussite, il faut travailler comme le fait Younes El Aynaoui depuis son jeune âge.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *