Hors-jeu : Un homme de style

Saïd Belkhayat fait partie de ces dirigeants marocains qui ont forcé le respect même en dehors des frontières. L’homme est connu pour son sens d’organisation et de gestion moderne. Son nom est indéniablement lié au Moghreb Athlétic Sport de Fès (MAS). Un club dont il présidera la section hand-ball à un moment où cette discipline était presque méconnue d’une large majorité des Marocains. C’est à l’âge de dix-huit ans qu’il a été président section hand-ball du MAS, en 1964. Une époque où les jeunes pensaient faire carrière n’importe où, sauf gérer le domaine sportif. Ceux qui l’ont côtoyé se souviennent encore comment il allait se retrouver en 1968 membre du comité directeur du club, dans sa section football, et ce jusqu’en 1981. C’est parce qu’il a toujours su gérer les sensibilités qu’il a réussi à rester en de bonnes termes avec toutes les tendances du club fassi. Ce qui le mènera au sommet du célèbre MAS de l’époque : la présidence de la section football qu’il occupera pendant une décennie, de 1981 à 1991. Belkhayat fut également premier vice-président de la Fédération royale marocaine de football avant que celle-ci ne se soit muée en un Comité provisoire. Mais l’esprit étant déjà concentré sur une gestion d’ordre continental, Belkhayat avait tout de suite compris qu’il pouvait mieux servir son pays en étant présent au niveau de la gestion internationale. D’ailleurs il a été décoré par feu Hassan II, en novembre 1994, du Wissam sportif de classe exceptionnelle. Une reconnaissance dont il est fier. Du MAS de Fèse, section handball, à la Commission de football féminin relevant de la FIFA, en passant par la Confédération africaine de football, dans sa Commission centrale de la programmation, où il rempile pour un troisième mandat de quatre ans au sein de son Comité exécutif, Saïd Belkhayat a dignement incarné la présence marocaine au sein des instances continentales. Aujourd’hui, il se présente à l’un des deux postes réservés de la zone Nord du continent au sein du Conseil exécutif de la Confédération africaine de football pour un troisième mandat. Des cinq candidats représentant les pays de l’Afrique du Nord, M.Belkhayat est de loin le favori, il est le doyen de la zone. Comme d’habitude, Belkhayat voit plus loin et regarde au-delà des acquis actuels. Vers la fin du mois de janvier 2004, un des sièges réservés à l’Afrique au sein de la Fédération internationale de football (FIFA) sera vacant. Il serait très bénéfique pour le Maroc que notre homme l’occupe. Notre pays cible plus que jamais l’organisation de la coupe du monde 2010. Et le poste en question permettrait à celui qui l’occuperait de voter pour la désignation du pays qui abritera le Mondial africain. Une opportunité de taille pour le Maroc surtout si l’on sait que le siège a été occupé par un tunisien pendant seize ans et avant lui par un Egyptien pendant 24 ans. C’est le style qui fait la durée, et celui de Saïd Belkhayat est bien particulier. Et l’on n’arrive au style qu’avec un labeur atroce, avec une opiniâtreté fanatique et dévouée.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *