J’aime, je partage: Le gang au vitriol

J’aime, je partage: Le gang  au vitriol

Lui aussi a reçu une tonne de sms sur les dangers du gang des arroseurs au vitriol. Lui aussi a liké, commenté, tagué des infos sur les réseaux sociaux. Alors, ce matin, il en parle à tous ses clients. «Je me pose d’abord la question de la motivation de ces gens. Pourquoi font-ils cela aux femmes ? Du vitriol ? Faut franchement être malade et psychopathe au dernier stade pour en arriver à des extrêmes pareils». La jeune fille assise devant à ses côtés lui répond : «Ce sont des malades, vous l’avez dit. Il ne faut pas être psychiatre pour l’affirmer, monsieur.

Mais le pire dans tout ceci, c’est que des agressions contre les femmes ont lieu tous les jours. Parfois en pleine journée, et croyez-moi personne ne bouge le petit doigt pour venir en aide à une fille qui se fait arracher le portable, la montre, la bague et tout le sac à main». Pour ma part, je veux savoir ce que le taximan pense de toute cette affaire, lui qui voit défiler dans son bahut toutes les couches sociales à Casablanca.

«Mon point de vue est clair, frère. Les psychotropes sont le véritable fléau à combattre dans notre cher pays. L’karkoubi fait des ravages. Les jeunes en consomment beaucoup et ils deviennent déchaînés, hystériques. Ils n’ont plus peur de rien. Alors, on en arrive à des extrêmes comme arroser les visages des femmes avec de l’acide pour les défigurer.

Certains ont parlé de vengeance. Je n’y crois pas. Je suis convaincu que ce sont des bandes organisées, composées de loups solitaires, qui sont des criminels à la base, et qui veulent semer le chaos dans la société. Mais ça ne prend pas. Ils font leurs sales besognes de malfrats et se font alpaguer comme des malpropres qu’ils sont». Là, la jeune fille enchaîne avec enthousiasme : «C’est vrai. Heureusement qu’il y a la police. Imaginez tous ces psychopathes qui sillonnent les rues, drogués, avec des psychotropes dans le sang, déchaînés à mort, qui brandissent des couteaux et veulent en découdre avec tout le monde pour une dose ! S’ils n’étaient pas arrêtés vite fait par les policiers, il y aurait des morts tous les jours».

Quand on y pense, et n’en déplaise à tous ceux qui critiquent facilement le travail de la sûreté nationale, il y a un travail monstre qui est fait par la police nationale. Traquer les malfrats, combattre le crime, lutter contre tous les trafics de drogues, mettre hors d’état de nuire des malades mentaux qui ont fait du crime leur boulot, c’est un travail de tous les instants qu’il faut saluer.

«Et comment ! La police fait son boulot. Il y aura toujours des crimes, mais aucune place n’est laissée à la psychose chez nous. Et cela rassure les citoyens. Par contre le gros du travail est à faire au niveau des psychotropes, toutes ces pilules de la mort qui envahissent les rues et mettent les jeunes dans des états seconds. Chaque jour, on arrête des trafiquants, chaque jour une quantité est saisie. Mais d’où vient toute cette drogue?», s’interroge le chauffeur de taxi. Là est la grande question.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *