Jeunesse, culture, vivre-ensemble… nos défis !

Jeunesse, culture, vivre-ensemble… nos défis !

Certes, un ministère de la jeunesse existe, mais son inaction est criante, peut-être est-il temps d’inventer un nouveau modèle de gouvernance et réfléchir au moyen de faire fonctionner cette structure gouvernementale de façon transversale puisque tout EST jeunesse et que la jeunesse EST en tout !

Tout pays, toute nation a le devoir de préparer l’avenir des générations à venir, sans catastrophisme, sans misérabilisme mais avec lucidité, il nous faut – en tant qu’activistes du mouvement associatif – actionner la sonnette d’alarme : quelle politique de la jeunesse pour notre pays ? Quelle politique culturelle -dans le sens de son accès à tous ? Et tout autant, quelle politique pour vivre-ensemble, mieux et réellement ?

Système éducatif, emploi, santé, habitat, Culture, Sport… les jeunes -30% de notre population ont moins de 30 ans- sont concernés par tout cela et plus encore, certes un ministère de la jeunesse existe, mais son inaction est criante, peut-être est-il temps d’inventer un nouveau modèle de gouvernance et réfléchir au moyen de faire fonctionner cette structure gouvernementale de façon transversale puisque tout EST jeunesse et que la jeunesse EST en tout ! Le ministère de la culture, quant à lui, a à sa tête un homme de compétence et de volonté mais le manque de moyens -l’un des budgets les plus faibles du gouvernement- entrave cruellement son action.

Quant au vivre-ensemble, il ne dépend d’aucune structure gouvernementale particulière, mais il doit être, en fait, de la responsabilité de chaque ministère et force est de reconnaître que cette thématique -ô combien vitale- est totalement inexistante. Je voudrais ici prendre un exemple fait révélateur du déphasage de nombre d’élus, de nombre de «décideurs» avec la jeunesse, avec la culture, avec le vivre-ensemble : le 21 juin est la journée de la Fête de la musique, oh bien sûr ce n’est pas une journée qui suffira à combler tous les manques, mais soyons d’accord sur l’importance de la musique pour les 3 grands défis que j’ai cités : la jeunesse, la culture et le vivre-ensemble et alors vous comprendrez cet exemple !

Cette fête est l’occasion pour les milliers de jeunes qui s’adonnent à la musique, à la danse, pour des milliers de talents en herbe de s’exprimer devant un public, de montrer leur art et peut-être d’émerger. C’est aussi l’occasion pour des millions de citoyen(ne)s désireux de se distraire, de sortir à moindres frais, de découvrir d’autres horizons et de passer un bon moment ensemble, de côtoyer la culture dans la proximité. Cette fête ne coûte rien, elle est celle de la proximité, du voisinage, de la gratuité, du partage et en conséquence l’occasion de pratiquer la mixité sociale, le métissage des origines et des générations et n’est nullement l’apanage des grandes villes, bien au contraire. Malheureusement  nos municipalités, nos élus ont – une fois de plus– loupé le coche, ignoré le rendez-vous, et hormis quelques exceptions, elle a été une occasion ratée. Certes, ce n’est qu’un exemple «mineur», mais tellement révélateur du déphasage entre les politiques et la population et notamment ces 10 millions de moins de 30 ans !
Des élections législatives auront lieu le 7 Octobre prochain, véritable occasion de faire entendre ces priorités, il faudra -pour cela- aller voter, or pour voter il faut s’inscrire, il est possible de le faire jusqu’au 8 août, rendez-vous sur le site  www.listeselectorales.ma.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *