Label marocanité : Désarroi

Label marocanité : Désarroi

«Le Roi du Maroc doit se prononcer contre l’extrémisme musulman » et montrer clairement que son pays « ne veut pas être un exportateur d’assassins» C’est ainsi que s’est exprimé le commissaire européen, le Néerlandais Frits Bolkestein, en interpellant la plus Haute autorité marocaine après l’assassinat de Theo van Gogh.
Voilà ! On y est. Le Maroc est chapitré dans le maudit Bottin des pays exportateurs de terrorisme. Oh bien sûr, Mohammed B est marocain d’origine. Mais il réside de longue date à Amsterdam. Il vit dans un pays opulent, ouvert et tolérant. Une démocratie exemplaire et jalousée. Certainement que Mohamed doit avoir, comme tant d’autres, des problèmes d’identité ou d’intégration. Mais il n’habite pas Si Moumen. Et ce n’est sûrement pas un potentiel «harrag » de la mer du Nord ou du ciel. Plus qu’une carte de séjour, il a un passeport néerlandais, sésame dont rêveraient tant de candidats à l’exil. Et pourtant, rien n’a empêché cet être-là de basculer dans l’islamisme radical. Bénévole dans une association de quartier, il s’était mis à refuser de servir de l’alcool ou de participer aux activités où se mêlaient hommes et femmes. Il a fini par devenir vengeur de l’islam offensé par un saltimbanque extravagant.
Si depuis l’événement, des vengeurs anonymes s’attaquent, de manière basique, à des lieux de cultes et autres écoles musulmanes, la réaction politique de Blokestein, pour être moins basique, n’en est pas mois équivoque.
Les pays européens, ces dernières années, désirent de moins en moins que les pays d’origine s’immiscent dans les affaires de leurs migrants. Ceci est une bonne chose, ils plaident pour une plus grande citoyenneté et une plus grande intégration. C’est dire que la réaction de Blokstein, en plus de réclamer une forme d’ingérence, souligne un net désarroi face au terrorisme. C’en est à taire que le terrorisme est un défi pour tout démocrate et une menace pour toute démocratie quel que soit son niveau de maturité. Cette réaction indique, par ailleurs, une contradiction cinglante : les réussites de l’immigration sont le fait de l’action de la société d’accueil. Les échecs sont à imputer aux tares génétiques de la société d’origine.
En réalité, la réaction de Blokstein est plus confondante par l’ignorance que par le manque d’élégance. Car, elle fait fi des accents féroces qu’avait eus le Souverain dans un discours d’un certain 28/04/2003. Il qualifia les terroristes de «bande de voyous crapuleux». Il argua ensuite que l’action «terroriste est contraire à notre foi tolérante et généreuse. Plus encore, ses commanditaires, comme ses exécutants, sont d’ignobles scélérats qui ne peuvent en aucune manière se réclamer du Maroc ou de l’Islam …
L’Islam, attaché au respect de la vie, interdit toute effusion de sang, estimant qu’ôter indûment la vie à une personne revient à attenter à la vie de l’humanité tout entière, et assimilant le Jihad à un effort assidu contre les mauvais penchants de l’individu».
Voyez, Monsieur Blokstein ! On ne peut pas être plus impitoyable…Encore faut-il être audible.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *