Le mot pour rire

Le mot pour rire

La réponse du berger…

Aujourd’hui, pour être bien vu du peuple, de ses défenseurs et de ses attaquants, il faut être à la fois pour le limogeage de Ali Fassi Fihri, pour le procès public de Moncef Belkhayat, et, surtout, pour le renvoi manu militari de Gerets chez lui, là-haut, dans son plat pays. Qu’est-ce que j’ai rigolé quand j’ai appris que certains de nos entraîneurs nationaux qui avaient traité Gerets de tous les noms, auraient décidé de le poursuivre en justice pour… diffamation ! Ils poussent le ballon vraiment trop loin. Au fond, qu’est-ce qu’il a dit? «Ce sont des entraîneurs qui ont raté leurs carrières et qui veulent peut-être se racheter». Oui, mais à combien ?
A demain

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *