Le mot pour rire : Des verts et des pas mûrs

Le mot pour rire : Des verts et des pas mûrs

Jusque-là, j’ai toujours répété que le foot n’a jamais été ma tasse de thé, et en plus c’est tout-à-fait vrai. Mais aujourd’hui je vous mentirais si je vous disais que je suis resté insensible à la victoire du Raja contre l’équipe mexicaine de FC Monterrey, comme d’ailleurs à celle contre les Néo-Zélandais d’Auckland City (vous voyez, je connais même les noms des équipes par cœur).

Il fallait me voir samedi soir hurler comme un tifosi alors que, entre nous, je ne pigeais absolument rien à la plupart des actions. En fait, je criais quand… les autres criaient. Mais qu’importe le cri, pourvu qu’il y ait la joie. Que dis-je ? Le bonheur ! Dès que l’arbitre a sifflé, les klaxons ont démarré.

Et ça n’a pas arrêté toute la nuit. Heureusement qu’on ne gagne pas tous les jours. Bien sûr, je plaisante. Comme vous, j’aimerai vraiment que les Verts continuent de «nous rougir le visage», mais, en même temps, je n’aimerai pas du tout que certains nuls, qui se reconnaîtront, en profitent pour tirer toutes ces consécrations à leur avantage.
A demain.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *