Le mot pour rire: Taxi et saut maxi

Le mot pour rire: Taxi et saut maxi

Après avoir dit cela, il faudrait que je vous dise tout de suite que les taxis, et plus précisément leurs chauffeurs, m’agacent parfois et même souvent au plus haut point. En vérité, personnellement je ne fais appel à eux qu’en cas de besoin absolument absolu, mais je suis obligé de subir leur comportement pour le moins farfelu à presque toute heure de la journée ou de la nuit.

Si je vous en parle aujourd’hui, c’est parce que ces messieurs – accompagnés, depuis quelque temps, de quelques rares consœurs dames – ont décidé d’avoir leur propre journée nationale, c’est-à-dire différente de celle célébrée par toutes les classes laborieuses du monde entier, à savoir le 1er mai. Et pourquoi donc cette subite action sectaire de leur secteur ? Réponse des intéressés : «La fête du travail est devenue politisée».

Et pour bien enfoncer le clou de l’insolite pour ne pas dire l’insolence, ils ont exprimé leur forte envie d’être représentés au Parlement. Rien que ça ! Au fait, éclairez-moi : on ne fait pas de politique au Parlement, n’est-ce pas ?
A demain

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *