Le Père Noël n’est pas passé

Le Père Noël n’est pas passé

Bien sûr, je ne crois pas au Père Noël et je n’y ai jamais cru même au temps où l’on m’apprenait que les Gaulois étaient mes ancêtres et que j’écrivais dans mes rédactions que mon grand-père fumait la pipe en lisant le journal et que ma grand-mère tricotait un chandail au bord de la cheminée.

Pourtant, je ne vous cache pas que j’ai toujours rêvé de trouver un jour à mon réveil un cadeau posé sur ma descente de lit à défaut de sapin. Je ne nie pas que la vie m’a offert pas mal de cadeaux et continue de m’en offrir, mais je suis un peu comme tout le monde : j’en veux à chaque fois plus. D’ailleurs si je devais compter sur notre gouvernement pour recevoir des cadeaux, je peux toujours attendre. En vérité, personnellement, ça fait un certain temps que j’ai décidé de décrocher, et je n’attends plus rien de particulier de sa part.

Il peut augmenter la fiscalité ou la diminuer, accorder des marchés publics à qui il veut, nommer qui il souhaite aux postes les plus prestigieux, baisser le prix du carburant, décompenser celui du sucre, taxer la bouteille de butane ou détaxer l’eau ou l’électricité, il peut être assuré que je ne vais plus ni le dénoncer ni le remercier. Mais il y a une chose que je ne cesserai jamais de lui rabâcher : il ne faut pas qu’il me prenne pour un imbécile parce que, moi, je le répète, je ne crois pas  au Père Noël.

A demain

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *