Lecture d’un pourcentage : 45 %

45% ! Nous allons en lire des commentaires à propos de ces 45% de participation…Et comme cela est logique nous en entendrons de toutes sortes, entre les tenants du boycott qui y verront «un taux particulièrement bas»(sic), et –par exemple- ceux qui voudront établir ce taux en relation avec le nombre de citoyens en âge d’aller voter, alors que partout dans le monde c’est bel et bien au regard du nombre d’inscrits qu’il faut l’analyser, attendez-vous à ce qu’il soit minoré, méprisé, brocardé ce taux ! Personnellement avec beaucoup de modestie et sans triomphalisme – ce serait mal venu- je préfère vous livrer le sentiment de ceux qui, depuis des semaines, font un travail de sensibilisation, de conscientisation sur le terrain et qui trouvent en ce résultat un légitime motif de satisfaction.
En effet pour tous ceux qui ont œuvré sans relâche pour que –notamment- les jeunes aillent voter je peux vous affirmer que le «combat» n’était pas gagné d’avance et qu’il a fallu beaucoup de force de conviction et de persuasion pour arriver à ce résultat en progression de plus de 8 % par rapport aux dernières élections. Nous pouvons légitimement  en être fiers et satisfaits, même s’il est bien évident qu’il nous faut continuer à agir pour que ce taux soit encore plus important lors des communales prochaines. Fiers car c’est le résultat d’un labeur bénévole de motivation, de mobilisation incessant, fiers car lorsqu’il nous faut répondre présents nous le faisons, fiers car la mobilisation des jeunes était palpable le jour du scrutin, et Dieu sait si j’en ai arpenté des bureaux de vote ce jour-là !
Fiers car nous avons déjoué les pièges de tous les nihilistes qui, sous prétexte de plus de démocratie, prônaient le boycott…ils ne sont pas à un paradoxe prêt ! Ce  taux est aussi leur défaite…
Satisfaits car même si le score reste en deçà de la barre des 50% il n’y a certes pas à en rougir…les plus vieilles démocraties ne font pas mieux et puis ces 45% sont un tremplin, un espoir pour l’avenir. Nous avons «semé la graine» il nous faut maintenant l’aider à germer…
Il en a fallu des rencontres dans les grandes écoles, les facs, il en a fallu des débats – particulièrement sur les antennes des radios privées qui ont fait un travail remarquable – il en a fallu des heures et des heures de discussion, des concours de vidéos, d’affiches …il en a fallu des initiatives telles «Café Politis» pour (re)nouer le fil entre la jeunesse et les politiques… pour que l’on sente le souffle de l’envie de participer, de l’envie d’y croire, de l’espoir renaître !
Arrêtons un instant de nous auto-flageller, et soyons fiers de la mobilisation en devenir, soyons fiers d’être au rendez- vous et projetons-nous déjà dans le futur proche où il nous faudra encore plus de pédagogie, être encore plus convaincants et multiplier les débats, les rencontres, maintenir une pression permanente sur les politiques pour leur dire «la jeunesse prend sa place, toute sa place et elle ne se contentera pas de «strapontins», elle prendra siège dans «l’espace conducteur».
Ce taux de participation doit beaucoup au mouvement associatif, au travail de terrain  et de proximité, il doit beaucoup aux réseaux sociaux, aux blogueurs, aux différents Groupes et «leaders» actifs sur la Toile, à la société civile… Les partis politiques ont trop souvent été hors-jeu sur ce coup-là, avec des méthodes archaïques et/ou contre-productives. Ce résultat et la configuration qui en est sortie doit les inciter à une refonte, une rénovation, un rajeunissement et une réforme de leurs pratiques en profondeur… Toujours est-il qu’il ne nous faut pas ignorer ni minorer la signification de  ces 45%, ils sont un signe de rebondissement et un signal. Sachons l’interpréter et en tirer tous les enseignements.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *