Les nouveaux visages de la société civile !

Les nouveaux visages de la société civile !

Autant la classe politique a beaucoup de mal à se renouveler et à faire place à une nouvelle génération, autant la société civile – que je préfère appeler le mouvement associatif – voit émerger de nouveaux visages.

En effet, c’est toute une pléiade de jeunes militant(e)s qui apportent un nouveau souffle à l’engagement en même temps qu’une nouvelle façon de faire. Je les côtoie et les vois agir et je suis sincèrement touché par leur capacité à résister aux embûches, aux obstacles posés sur leur chemin, estomaqué par leur manière d’innover et d’agir avec très peu de moyens, et fier de leur énergie et de leur mobilisation.

Je voudrais ici rendre hommage à certains d’entre eux –non pas pour les figer dans de quelconques lauriers – mais bel et bien pour vous les rendre familiers, vous les faire découvrir et les mettre en valeur, car –hélas- encore bien trop peu de médias les connaissent.

Loin de moi l’idée de résumer la multitude de jeunes militants, brillants et riches d’avenir à cette «liste» mais au moins vais-je tenter de braquer la lumière sur une dizaine d’entre eux que j’ai vu agir concrètement et avec talent sur le terrain.

C’est tout d’abord le jeune Faysal Ziza, à Casablanca, qui, chaque mois, fait chanter et danser jeunes talents et jeune public à l’occasion de la fameuse Escale Culturelle à la Sqala qu’il organise avec son association Droit de Cité. C’est aussi Tarek Zakour qui a pris la relève à la tête de Marocains Pluriels juniors dont il veut faire une véritable pépinière de jeunes engagés pour le «vivre-ensemble», à Essaouira il s’agit de Soufiane Badid – jeune et volontaire- qui avec l’équipe de l’association Vent Nouveau- est en train d’apporter un souffle salvateur à la jeunesse souirie.

A Marrakech, il s’agit sans conteste du  jeune médecin Anas Oulmidi qui mène une action de celles qui donnent des résultats dignes de respect dans un domaine ô combien difficile, celui de l’humanitaire, son association Lueur d’espoir a d’ailleurs suscité de nombreuses vocations dont celle menée par la jeune et brillante Sabrine Zahroubane au sein de Lueur d’espoir Casa.
Un concept nouveau, celui de Rassemblance qui a été lancé il y a 2 mois, doit tout au talent de Amine Lagssir – blogueur et nouvelliste – et de Hind Daif, quand par ailleurs, Sofiane Benkhassala –jeune «communicant» hyper talentueux – est en train de donner ses lettres de noblesse au Théâtre Nomade.

A Rabat c’est Allae Hammioui qui apporte des idées novatrices et souffle mobilisateur à la jeunesse de la capitale quand de son côté Sanae El Younsi est en train d’acquérir une belle renommée dans le domaine de l’action artistique, et que le jeune Mounir Aznail a fait de Marock’Jeunes une des associations les plus dynamiques…Tous ces jeunes ont entre 20 et 30 ans et sont en train de rénover pratiques et militantisme au cœur de la société civile, ils sont déjà le Maroc nouveau et sont des leaders en devenir, je pourrais en citer encore énormément tels Anas Harfat, Abdel Elourdi, Walid Cherqaoui, Mohamed Zarkoune et bien d’autres…Une occasion de mettre cette nouvelle génération en lumière est en préparation, je vous en dirai tout prochainement.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *