Lettre de Marrakech : Baby Dahan : le magicien de Marrakech

Lettre de Marrakech : Baby Dahan : le magicien de Marrakech

L’année 2003 finit dans quelques jours et comme on le sait Marrakech est l’endroit le plus recherché pour passer les fêtes de fin d’année. Aussi et en tant que Marrakchi d’abord et modeste réalisateur de cette lettre de Marrakech je voudrais saisir cette occasion pour souhaiter plein de bonnes choses aux lecteurs de cette rubrique de notre journal : « Aujourd’hui Le Maroc ». Une fin d’année doit être magique dans une ville magique comme Marrakech. Aussi, j’ai choisi un grand magicien pour clore l’année en parlant de lui : un ami en plus d’origine marocaine : Baby Dahan. Baby comme l’appelle ses amis, est né à Meknès le 12 décembre 1942. Son père, Abner, gros commerçant en vêtements et connu dans la ville ismaëlienne par son humour, un moteur de la ville, emprisonné pendant la Guerre 39-45 ce qui lui vaut une médaille de la résistance. Il est aussi grand bridgeur jouant dans les grandes tables comme celle d’Omar Shariff. La mère de Baby, Mazaltob, philosophe révolutionnaire pour son époque, femme d’un esprit très libéral qui a donné naissance à cinq enfants Giselle, Baby, Maryvonne, Suzanne et Charles. Ce dernier vivant à Washington où sont enterrés les parents, est aussi un grand ami et bon ambassadeur de son pays le Maroc. Après des études primaires à Paris puis au lycée de la même ville, Baby reconnaît avoir fait un parcours très moyen sans gloire mais se sent dès son jeune âge comme boute-en-train, blagueur et humoriste comme son père. Son plaisir est de raconter tout le temps des blagues aux copains soit au téléphone soit en direct : sacré Baby. Il quitte rapidement l’école pour aller travailler comme vérificateur dans le domaine Clairet entre Khémisset et Tiflet où il avait trois cents personnes sous ses ordres pendant trois ans (63-66). C’est en rencontrant sa femme Claudy, une Lyonnaise en vacances au Maroc, que la vie de Baby va prendre son tournant. Il la rejoint en France en 1966 pour ne plus s’en séparer. Claudy, femme charmante et discrète est agrégée en histoire et spécialiste dans l’histoire de l’art, professeur à Tours. Baby continue sa trajectoire dans le commerce en vendant du vin à travers l’Hexagone puis devient directeur commercial dans une boîte (Mazelpeux) pour vendre des distributeurs de boissons gazeuses. La première création de Baby va être la société Alana, une entreprise d’import-export à Tours, qui lui fait faire des gains. Un jour revenant de Washington, il rencontre dans l’avion, le P-DG de la Guardian Alarm, comme son nom l’indique, société spécialisée dans la sécurité des maisons. L’aventure va durer pendant dix-huit ans avec cette société franchisée. Très vite, il devient leader dans ce domaine avec la création de plusieurs succursales à Paris, Angers, Poitiers et Aix-en-Provence. Un jour en dînant dans le Restaurant « Le Palmier » de Tours, Baby a eu un coup de coeur pour ce restaurant marocain qu’il va acheter et dont il est le propriétaire à ce jour, un endroit sublime où l’art culinaire marocain se mélange aux décors du pays comme ici chez nous. Et la magie dans tout cela cher Baby, depuis quand ? Il me répond: la magie c’est depuis toujours et en 1988 je commençais à faire le tour du monde pour aller aux différents congrès, de la magie où il fait la connaissance des plus grands de cet art. Plusieurs magiciens deviennent ses amis et lui livrent quelques secrets et quelques «filons» du métier. C’est le grand amour entre la magie et Baby : avec en plus des copains : David Copperfield, Sigfrid and Roy à Las Vegas, Majax en France, Gérard Proust, propriétaire du musée de magie à Paris, Charles Laredo à Casablanca, connu sous le pseudo « Bebe », vivant toujours à Casa et homme d’affaires célèbre ainsi que des dizaines d’autres… espagnols, italiens, portugais. Baby travaille son art et se vent « autodidacte » dans la magie. Il a ses numéros à lui et rapidement il devient conn en France surtout dans le circuit de la jet-set parisienne. Il est aussi le magicien officiel de l’hôtel Ritz où il rencontre les célébrités et les grandes personnalités. Citons au passage quelques événements importants où Baby s’est produit : – Le dernier Mondial de football en France au Stade de France, où Baby pratiquait son art à la loge présidentielle en présence de Jacques Chirac et des invités de marque. – Plusieurs galas aux USA (Wachington, New York, Las Vegas), en France, un peu partout surtout au festival « La Colombe d’or », festival international présidé par Guand Majax où Baby donne des conférences. Il se produit aussi dans tous les pays du monde et particulièrement en Hongrie, en Egypte, en Italie (Venise), au Portugal, en Espagne et en Suisse (Bâle et Genève). – Baby anime aussi les galas annuels de certaines sociétés internationales très connues : Davidoff, UBS, Mikli (lunettes)… et ce, un peu partout dans le monde. Quand j’ai demandé à Baby si la magie était un métier qui rapportait de l’argent. Il ne répond que oui ,mais pas chez lui car il a des affaires qui lui procurent de l’argent. La magie pour lui est un hobby, une passion qu’il pratique pour son plaisir. Bien plus, il essaie d’utiliser la magie pour le côté humanitaire. C’est ainsi que chaque dimanche, il va à l’hôpital Clocheville des enfants à Tours pour donner des après-midi de magie à ces jeunes malades et les faire oublier un moment, leur souffrance de tous les jours. Par ailleurs, il donne plusieurs représentations gratuites pour des oeuvres de charité en France et ailleurs. Pendant l’Année du Maroc en France, il a animé bénévolement la Foire internationale de Tours en pratiquant son art mais aussi en reproduisant des cavaliers marocains et des artisans divers. L’année dernière, lors d’une visite à Marrakech il rencontre en mars, Madame Berdaï Aouatif, vice-présidente de l’orphelinat qui lui demande s’il pouvait venir faire un spectacle pour les enfants de cette institution, chose qu’il accepte. C’était prévu pour octobre 2002. En été il téléphone, à cette dame pour lui dire qu’il venait avec huit autres magiciens et gratuitement pendant quelques jours. Le résultat était double puisque les enfants de l’orphelinat ont profité des spectacles mais trois soirées au théâtre royal (gracieusement offert par la mairie) et un dîner de gala ont rapporté presque 400.000. Baby est un homme qui ne peut plus se passer du Maroc, sa terre natale, et ce, depuis cinq ans lorsqu’il est revenu à ses racines. Il essaye par ailleurs d’attirer le maximum de gens pour venir chez nous et promouvoit toute opération bénéfique au pays que ce soit sur le plan économique ou social. Il essaye d’apporter par ses contacts à ce pays où il est né, où il a grandi et qui lui a tout donné. Il veut le lui rendre aujourd’hui et est prêt à le faire par la magie et par les relations dont il était l’un des artisans entre les mairies de Tours et Marrakech. Aujourd’hui, il prépare, à l’instar du Festival international du film de Marrakech, il veut créer celui de la magie en mars 2004, en collaboration avec le comité régional du tourisme de Marrakech-Tensift. Cette manifestation à Marrakech sera grandiose et les festivités vont durer presque une semaine. J’ai demandé à Baby de nous en parler très rapidement et il me répond : « Ce festival de magie sera l’occasion, une fois de plus de promouvoir la ville ocre de Marrakech que j’adore avec des représentations de magie internationale où des grandes stars seront-là. Par ailleurs, mon souhait est de rapprocher cet art de la population marrakchie ou marocaine et surtout des gens sans moyens. Aussi le festival se fera dans trois lieux : – Le Théâtre royal, où 2 fois par jour seront donnés des spectacles gratuits pour les enfants d’écoles, les orphelinats pendant deux jours. – Ensuite les deux spectacles par jour se feront au même endroit pour le public adulte marrakchi à un prix dérisoire de 10 ou 20 dhs par personne, pendant 3 jours. – Puis au Palais de congrès, il y aura deux soirées dont la seconde est un dîner gala de 1000 personnes avec remise des prix et la déclaration des résultats. – Enfin, il y aura dix kiosques de lui magie au jardin El Harti, jardin public, bien entendu tout cela gratuitement pour le public. Si j’ai bien compris cher Baby, tu fais ça à Marrakech parce que tu aimes cette belle ville est-ce vrai ? « Bien entendu, mon cher Aziz, depuis que tu m’as fais connaître ta ville, et je t’en remercie car pour moi Marrakech est une ville magnifique pas son ambiance, ses couleurs, sa beauté et ses odeurs et aussi par ses gens agréables, gentils et plein d’humour. J’adore aussi le climat de cette ville qui me change de celui pourri où je vis. D’ailleurs, je suis en train de construire ma maison à Marrakech et je suis pressé d’y vivre. Autre chose, qui n’existe nul part ailleurs, c’est qu’ici on est vite adopté par les gens merveilleux si bien qu’on a l’impression d’être en famille. Je retrouve à Marrakech cette sensibilité que j’ai connue enfant ». Ah sacré Baby, si tu n’existais pas on t’aurait créé. Alors de la part de tes amis marrakchis et de la « Lettre de Marrakech », passe de bonnes vacances chez toi à Marrakech en cette fin d’année.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *