Maire, mais pas plus…

Maire, mais pas plus…

Pour ceux et celles qui ne la connaissent pas, cette cité antique est appelée «Dar Dmana» que je traduirais par «La maison de la sérénité «ou de «la sécurité» car elle abrite depuis des siècles des saints de renom. En fait, elle regroupe tout ce qui est spirituel et mystique et en même temps tout ce qui est rétrograde et archaïque.

Actualité oblige, ma curiosité maladive m’a poussé à interroger mes proches qui y vivent comment étaient les résultats des élections dans cette ville. C’est ainsi que j’ai appris qu’à défaut d’une majorité confortable, le maire pressenti a été finalement élu grâce à l’appui et aux voix de ses adversaires et néanmoins partenaires, mais à la condition qu’il leur délègue tous les pouvoirs de décision.

j’ai été sonné par l’énormité d’un tel deal qui, semble-t-il, serait tout à fait légal, mais je me suis quand même hasardé à sortir cette réplique que je pensais être bien inspirée: «D’accord, mais il peut à tout moment leur retirer cette délégation…», chose à laquelle on m’a aussitôt rétorqué : «Il n’a pas intérêt parce qu’ils risquent de bloquer son rapport financier». Décidément. Je ne comprendrai jamais rien à «la démocratie locale».
 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *